Mon manuel scolaire numérique idéal est vide… ou presque

Dublin

Les choses sont ainsi faites qu’on est parfois amené, par les hasards d’une annonce publique puis d’une discussion, à dire ce que l’on pense de tel ou tel sujet, sur lequel on ne s’était pas encore fait d’avis argumenté. Il s’agissait ce jour-là du manuel scolaire. Mon interlocuteur montrait un franc enthousiasme à vouloir le réinventer et lui donner un nouvel élan. De mon côté, je me suis contenté d’exprimer mon doute, mon très fort doute. Pour tout vous dire, je croyais l’affaire réglée tant, depuis des années, l’édition scolaire semblait embourbée entre deux ornières : la difficulté à trouver avec le numérique un nouveau modèle économique et sa paresse congénitale à innover.

Prendre le virage du numérique

Cette incapacité à passer du manuel scolaire classique à sa version numérique a d’abord touché les éditeurs, publics ou privés. Replié sur des modèles de conception et de gestion des droits des auteurs d’un autre âge, le monde de l’édition s’est peu à peu construit un argumentaire sans failles pour expliquer l’inexplicable, l’absence d’une offre numérique de qualité : les écoles et les établissements seraient mal équipés, les environnements numériques de travail ne seraient pas prêts et, surtout, les professeurs n’en voudraient pas du tout !

Bien entendu, tout le monde est un peu responsable, au motif que c’était mieux avant, que jamais rien ne pourra remplacer le merveilleux Lagarde et Michard, non plus que tous les autres manuels que les décideurs de l’État et des collectivités, qui décident des achats, ou les parents qui les espèrent secrètement dans le cartable de leurs enfants, les ont transportés eux-mêmes il y a trente ou quarante ans.

La réalité est toute différente : les éditeurs ont longuement tenté d’imposer des machins numériques — les premiers exemplaires, la simple numérisation des exemplaires papier, ne pouvant décemment être appelés des manuels scolaires — incluant des ressources non granulaires bardées de verrous en tous genres et non interopérables. Même si la réalité du paysage est maintenant un peu différente, mais seulement un peu, les tergiversations des marchands ont fait perdre une bonne dizaine d’années à l’école numérique.

Il n’y a pas que ça. Julien Delmas, sur son blogue, il y a trois ans, notait les prix prohibitifs pratiqués pour l’achat de ces manuels ainsi que la durée trop restreinte et donc abusive des licences.

Enfin, il s’agissait pour les éditeurs de continuer à amasser la manne gigantesque provenant de la vente des manuels faits de bon papier. L’État s’est ainsi engagé, cette année, les programmes scolaires changeant — oh ! si peu… —, à apporter un concours financier de 300 millions d’euros, sur deux ans, pour changer les manuels du collège, sans qu’il soit donné nulle part d’impulsion pour passer au numérique, sans qu’il soit précisé non plus comment seront changés les manuels des écoles du premier degré, sans doute à la (sur)charge des communes, qui n’y sont nullement contraintes, ou ceux des lycées.

Un objet bientôt désuet

GaffiotOn se demande bien à quoi tout cela sert.

Pourtant, chacun en a conscience, le manuel scolaire fut un instrument de l’industrialisation de l’école et de sa massification, un lien fort aussi entre l’école et la famille. Chacun se souvient avec émotion, en des temps où les ressources didactiques et pédagogiques étaient rares, des Gaffiot ou autres Bescherelle si lourds dans les cartables. Pour ma part, tout le temps où j’ai exercé le noble métier de professeur, je ne m’en suis jamais servi avec les élèves. Ces derniers possédaient un exemplaire qui m’était imposé par les choix des établissements mais qu’ils gardaient chez eux. Je fournissais à mes élèves, en classe, des documents ronéotypés ou, plus tard, imprimés ou polycopiés, de ma composition qui rassemblaient des ressources issues de tous côtés, des manuels bien sûr, des encyclopédies, d’autres livres, les bonnes idées que nous échangions avec les collègues, les réalisations issues de collectes et d’observations personnelles.

Presque partout dans mon entourage, des professeurs de disciplines différentes, on pratiquait ainsi et on pratique encore ainsi. Peut-être mon échantillonnage familial et amical n’est-il pas un panel satisfaisant mais, de manière générale, le manuel scolaire ne faisait pas et ne fait toujours pas partie de l’attirail usuel et ordinaire du pédagogue.

Il existe très peu d’enquêtes à ce sujet, comme si enquêter serait prendre le risque de faire la preuve aujourd’hui de l’immense gâchis d’argent public. Il existe pourtant un rapport de l’Inspection générale en 2012, qui fait « l’hypothèse que le manuel scolaire va rester un outil indispensable, quel que soit son support et quelles que soient ses adaptations futures ».  Pourtant, cette enquête ne fournit aucune indication sur les pratiques pédagogiques réelles, se contentant de relayer les critiques et la méfiance générales quant aux contenus. Elle note pourtant un paysage très contrasté où les ressources pédagogiques, dont les manuels, manquent beaucoup, notamment dans le premier degré.

En fait, et pour terminer sur ce sujet, on n’utilise pas les manuels de la même manière dans toutes les disciplines, ni de manière égale selon les niveaux d’enseignement. Ainsi, il semblerait qu’on sorte les manuels plus volontiers au premier degré — ils restent en classe — qu’au collège ou au lycée. Ainsi, il semblerait aussi qu’on s’en serve aussi plus volontiers en sciences humaines que dans les autres disciplines. Ils peuvent être consultés abondamment en classe et ne pas servir à la maison ou alors, inversement, certains enseignants préfèrent qu’ils restent à la maison pour servir de référence documentaire ou de recueil d’exercices, par exemple. Enfin, il semblerait que les jeunes professeurs, plus que les plus âgés, cherchent dans le manuel un cadre rassurant qui structure leur enseignement.

De fait, le manuel scolaire tombe progressivement en désuétude, même si les écoles et établissements continuent, par habitude, à en faire l’achat en nombre.

Un corpus cohérent de ressources didactisées et validées ?

C’est ainsi que, traditionnellement, les éditeurs décrivent le manuel scolaire.

De manière très évidente, à l’heure du numérique, l’infobésité est une règle qui ne se dément pas et le rôle du professeur est moins de fournir aux élèves un corpus de ressources fiables et validées, ce qu’est exactement le manuel scolaire, que de les aider à faire un tri raisonné d’informations multiples et diverses qui leur parviennent dans tous les apprentissages informels. Les enjeux de l’éducation à l’information sont là tant la désintermédiation est générale, qui conduit parfois à la désinformation.

De la même manière que le professeur devient une source d’information parmi d’autres, le manuel scolaire n’est aussi alors qu’une source d’information parmi beaucoup d’autres. Lui donner une place privilégiée revient à enfermer l’enseignement entre des limites très illusoires qui seront vite franchies. Au-delà, l’accompagnement des élèves par des professeurs et, notamment, des professeurs documentalistes, est alors absolument nécessaire. La validation des ressources par de supposés experts autoproclamés est alors une grande illusion que j’avais déjà signalée dans un billet déjà ancien (1) :

« L’inspection générale et, avec elle, la majorité des inspecteurs, n’ont toujours pas tout compris à cette grande mutation qui, plutôt que d’en faire des tamponneurs validateurs, les contraindra à devenir, de manière transversale, de fins curateurs appréciés des ressources de la discipline. »

C’était vrai en 2012, ça l’est plus encore aujourd’hui où cette noble corporation continue à s’autoriser à valider de manière verticale le travail de « groupes d’experts » qu’elle a nommés. Ce serait risible si ça n’était pas parfois utile à ceux qui en ont besoin, c’est-à-dire pas grand monde.

La naissance de Venus

Par ailleurs, aujourd’hui encore, les professeurs ont-ils besoin de la cohérence de ressources didactisées ? Sans doute mais ont-ils besoin d’un manuel pour cela ? Certes non. Je signalais dans le billet en référence (1) la multitude de microcosmes en ligne, disciplinaires ou non, sur lesquels s’échangeaient et s’échangent encore aujourd’hui des progressions, des séquences, des ressources libres, les bonnes idées, les recettes, les trucs de pédagogues, la veille nécessaire. De manière générale, les cadres sont exclus de ces microcosmes-là, le plus souvent parce qu’ils ne condescendent pas à les fréquenter.

Le manuel ne peut plus servir de béquille au professeur inexpérimenté en manque de repères. Ce dernier ne mettra pas longtemps à comprendre que les microcosmes en question, des listes de diffusion, des forums, des sites web de référence, des rencontres lors de colloques… mettent en marche l’intelligence collective sur laquelle s’appuyer.

Une boîte à outils pour le professeur et chaque élève

Un bon manuel scolaire est donc un manuel vide.

Vide mais pas inopérant.

Un bon manuel scolaire devrait pouvoir recueillir du texte, des textes, pour les saisir, les mettre en page, les formater, les annoter, légender, compter les occurrences. C’est bien le moins.

Un bon manuel scolaire devrait pouvoir recueillir des données, aussi massives soient-elles, les analyser, les ordonner, les trier selon des algorithmes simples à écrire et en faire une représentation infographique sous toutes formes.

Un bon manuel scolaire devrait pouvoir recevoir et trier les flux d’information, d’où qu’elle vienne, proposer des processus de vérification, de croisement et de validation, de partage.

Un bon manuel scolaire devrait pouvoir recevoir des images, permettre de les retoucher et de les légender, les rendre actives, proposer de les animer… Un bon manuel scolaire devrait pouvoir intégrer des animations et des vidéos issues des plateformes usuelles.

Un bon manuel scolaire devrait pouvoir disposer d’outils d’aide à la scénarisation des cours, à la conception de séquences, de progressions, de formulation des objectifs en relation avec les programmes et le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Un tel manuel scolaire pourrait aisément permettre l’échange et le partage de ses riches contenus pour permettre leur modification et leur enrichissement.

Un tel manuel scolaire pourrait permettre l’évaluation par les pairs et le maître du travail effectué.

Un tel manuel scolaire serait construit en deux versions, une pour le maître et une pour les élèves, la deuxième étant plus simple et surtout personnalisable. Il serait posé sur le web, l’espace sécurisé de l’environnement numérique de travail, s’il existe, ou serait disponible sous forme d’application dans les smartphones et tablettes.

Ce serait quelque chose comme ça, mon manuel scolaire numérique idéal.

Michel Guillou @michelguillou

image

  1. La grande illusion du tampon institutionnel https://www.culture-numerique.fr/?p=555

Tableau par Sandro Botticelli — La naissance de Venus, Domaine public et image par Félix Gaffiot (numérisée par Gérard Jeanneau.) [Public domain], via Wikimedia Commons

Pour citer cet article : Michel Guillou, « Mon manuel scolaire numérique idéal est vide… ou presque » in Culture numérique, 11 octobre 2016, https://www.culture-numerique.fr/?p=5380, consulté le 19 février 2017
Posted in Billets d'humeur
Tags: , , , , , , , , ,
16 commentaires sur “Mon manuel scolaire numérique idéal est vide… ou presque
  1. lepagegilles@gmail.com' Gilles Le Page dit :

    Oui oui oui ! :-)

  2. cwestphal@wanadoo.fr' Christian W dit :

    C’est toujours un plaisir pour moi de lire Michel Guillou qui arrive à mettre des mots clairs et précis sur les idées que je me fais de l’enseignement.

    Ce manuel vide, mais plein de possibilités, j’ai l’impression de l’avoir trouvé depuis quelques temps,il s’appelle moodle. Depuis que peux le mettre en poche (et qu’il sort de même de la poche de mes eleves) j’ai l’impression de gagner encore plus en liberté.

    J’arrête avec ce tableau de moodle pour bisounours, tout n’est pas rose pour autant :
    – concevoir des activités pourles eleves est chronophage, leur faire construire qqchose encore plus
    – le côté fun se traduit parfois “pas sérieux” et pas légitime. Sûr qu’un Lagarde et Michard “ça en impose”
    – faire collaborer les élèves ? le formatage habituel qui banni les bavardages, impose l’évaluation individuelle transforme, surtout chez les “bons” élèves, le cours en une pratique contre nature
    – textes, images et vidéos à condition de ne pas être trop regardant sur les droits d’auteurs ou perdre beaucoup de temps à farfouiller dans les ressources libres
    – collaborer entre profs ? La révolution culturelle est elle en marche ?

    Et pourtant, indécrottable optimiste, je continue d’y croire.

  3. lapagenl@yahoo.ca' Ninon Louise LePage dit :

    Oui, oui, oui, ! moi aussi , ; )

  4. pierrejacolino@wanadoo.fr' Doctor Who dit :

    Il y a encore une place pour des manuels “à lire”. Si le manuel n’est qu’une banque d’exercices et de documents, effectivement, les ressources numériques sont indépassables.

  5. moi@moi.net' #FandeMichel dit :

    Analyse et surtout formalisation très intéressante comme d’habitude !
    Ces manuels existent déjà à moins que l’on ne s’en approche :-)
    Edmodo, Evernote, OneNote de Microsoft ou encore Classroom de Google Suite pour l’Education sont bien ces “manuels vides” qui permettent de remplir quasimment toutes les fonctions que tu cites en fin de billet.
    Mais plus largement c’est l’écosystème qui est associé à ces services qui complètent les fonctions nécessaires (recherche, video, échange, partage, évaluation et commentaires par les pairs, traitement de texte et de données, visualisation de données, cartographie, …)
    L’idéal serait donc que maintenant les entrepôts d’images, de cartes, de videos ou d’animation, d’exercices modifiables en permettent l’utilisation.
    Est ce bien la direction choisie dans les derniers mois ?

  6. jean-louis.schaff@aska.fr' Schaff dit :

    Un copier-coller d’un mel envoyé la semaine dernière au responsable d’un établissement très engagé dans l’usage de Google apps. et autres solutions du cloud :
    Sur la question des manuels il y a 3 options :
    – essayer de faire entrer les manuels actuels des éditeurs “classiques” dans les terminaux : c’est compliqué avec des chromebooks, mais à peine plus simple avec des ordinateurs/tablettes. Le problème étant moins de les “mettre” dans le terminal, que de les “sortir” pour les utiliser : par exemple, pour le collège, cycle 4 “étude de la langue” de Bordas, est à voir : pdf à peine amélioré…Impossible pour un enseignant de “viser” avec une URL un point précis du manuel. En 2016…Je crois qu’ils se moquent des gens. Vraiment.
    – travailler avec les éditeurs “nouveaux entrants”, tels que http://www.lelivrescolaire.fr/ dont le concept : créé par des enseignants de manière coopérative, est en phase avec l’usage de GAfE et plus généralement les services du cloud
    – travailler sans manuels en considérant que manuel = la somme des supports pédagogiques fournis par l’enseignant à ses élèves, supports qu’il a récupérés (le web en regorge), créé seul ou avec des pairs, ou directement produits par les élèves.
    Solution probablement la plus performante à terme.

    Merci à Michel de dire avec autant de talent ce que beaucoup pensent mais ne peuvent exprimer avec autant d’efficacité.

  7. ljoets@free.fr' LoJo dit :

    Bonjour,

    Il me semble qu’une piste pour répondre justement aux besoins décris dans les derniers paragraphes de cet article serait http://scenari-platform.org

    Par contre, il y a à mon avis un gros boulot de formation…

  8. Patrick.Orsini@ac-lyon.fr' Patrick Orsini dit :

    Bonjours, dans la même veine, je viens d’assister à une présentation de canaprof, https://www.reseau-canope.fr/canoprof.html
    Un logiciel gratuit, libre et multiplateforme qui semble être une évolution de scénari. Canopé semble vouloir investir massivement pour la pérennisation de la chose. La présentation m’a laissé dubitatif, car l’aspect visuel du système manque singulièrement d’attractivité mais les possibilités sont nombreuses et répondent pour beaucoup à la fin de l’article.

  9. cerisier@univ-poitiers.fr' Jean-François Cerisier (TECHNE - Université de Poitiers) dit :

    Je m’associe aux remerciements qui te sont faits. Pour l’essentiel, je partage ton analyse. Je te remercie aussi pour ta délicatesse, celle d’avoir réagi à mes propos sans m’identifier car je suis celui que tu cites au début de ton texte, celui qui s’est engagé avec un “franc enthousiasme” dans une recherche qui vise à repenser le manuel scolaire et peut-être à le réinventer (projet REMASCO).

    Il s’agit en fait d’un projet de recherche du laboratoire TECHNÉ, soutenu par le ministère, le CPER et la Région Nouvelle-Aquitaine et qui vise à étudier le manuel scolaire numérique avec une démarche différente des travaux de recherche déjà réalisés à ce sujet. Il est en grande partie réalisé dans le cadre de la recherche doctorale de Luis Galindo que je dirige à TECHNÉ.

    Les travaux sur les manuels scolaires sont légion et il me semble que certaines questions ont retrouvé une nouvelle actualité avec les débats politiques des dernières semaines. S’agissant des manuels numériques, les travaux (ceux dont j’ai connaissance) portent essentiellement sur l’analyse de l’utilisation de manuels numériques existants.

    Notre démarche consiste à concevoir six prototypes de manuels dans une logique de co-design avec six groupes de travail constitués d’enseignants, de stagiaires, d’élèves, de parents d’élèves, d’inspecteurs, de personnels de direction et de chercheurs. C’est bien cette démarche qui me remplit d’enthousiasme, comme un moyen pour aborder la question des manuels scolaires numériques d’une autre façon.

    Pour moi, la question de l’intérêt du manuel scolaire n’est pas tranchée. Sans doute ne le sera-t-elle pas non plus avec notre recherche mais celle-ci nous permettra, je l’espère, d’éclairer des questions qui me semblent encore assez mal caractérisées comme :
    – ressources scolaires ou scolarisation de ressources non scolaires ?
    – banques d’objets d’apprentissage ou ressources structurées (par les programmes ou autrement) ?
    – …

    Pour ces questions et quelques autres, j’ai bien quelques intuitions et avis, très proches des tiens me semble-t-il, et grâce à REMASCO et à Luis, je vais avoir l’occasion d’y regarder de plus près.

    Merci encore pour cette contribution à un débat qui reste ouvert.
    Amitiés poitevines,
    Jean-François (Cerisier)

  10. jean-louis.schaff@aska.fr' Schaff dit :

    C’est un blog sur le numérique et les questions qu’il soulève où un site de rencontre ?
    :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Attention ! Ce blogue est encore un tout petit peu en travaux…

Bon, après quelques modifications du code, la une semble reprendre forme humaine :)

Donc, la bière est pour moi. Tant pis !

Le dispositif d'abonnement aux nouvelles publications a finalement été remis en place. Il semble fonctionner à nouveau. N'hésitez pas à me prévenir du moindre dysfonctionnement. Merci.

Une production Neottia nidus-avis, réalisée par Michel Guillou

Tous les textes et photos bénéficient de la licence  « Creative Commons attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International »image sauf mention contraire.

Je vous remercie à l'avance de me faire savoir si vous utilisez, modifiez, reproduisez...

Un tweet après un autre ?

RT @THD_IT: ne loupez pas notre prochain épisode: "le messie cosmoplanetaire contre Zorglub le maléfique" https://t.co/lwZqk0kekN
- dimanche Fév 19 - 1:23

RT @pbeyssac: Selon Sadin, il ne faut pas chercher à protéger la vie privée, parce que, vous comprenez, cela ouvrirait un boulevard aux GAF…
- dimanche Fév 19 - 1:22

Et toi, oui, toi, là, tu fais quoi le 18 mars ? Viens faire la fête au numérique ! #mêmepaspeur #carnavalnum https://t.co/5Q5MOnXSrp
- dimanche Fév 19 - 10:47

LA référence... J'aurais aimé que Lacroux soit twittos ! https://t.co/vAiuYHxTdV
- dimanche Fév 19 - 10:44

Bon, j'ai surveillé, vous ne l'avez pas fait aujourd'hui, faites-le demain ! Inscrivez-vous ! https://t.co/5Q5MOnXSrp #carnavalnum
- samedi Fév 18 - 9:08

Nouveaux médias : trop de mémoire ou pas assez ? https://t.co/Vj5D7qE5BO
- samedi Fév 18 - 6:31

Algorithme : cachez moi cette information que je ne saurais voir https://t.co/HjTI6fccJa via @chperrot
- samedi Fév 18 - 5:10

Dans la capitale mondiale des fausses informations https://t.co/N3eDlrcDyr
- samedi Fév 18 - 3:43

RT @2vanssay: Inscription faite, à vous ! https://t.co/CvuhqT7Hc3
- samedi Fév 18 - 3:33

La ministre de l'éducation de Trump veut appliquer la logique du marché aux écoles https://t.co/TMNu1NGhgM
- samedi Fév 18 - 1:54

S'abonner par courriel ?

Saisissez votre adresse de courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir une notification pour chaque nouvel article.