Le retour à la chignole ? Ou comment rater encore la modernisation du service public de l’Éducation nationale, épisode 123 (un record du monde)

Ce billet est un billet « invité ». Jean-Louis Schaff me fait à nouveau l’honneur d’une petite visite ici-même. J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à le lire.


Je vous écris de ma campagne. Loin de l’agitation parisienne.

Je suis devenu un vieux bonhomme. Je vous écris après 30 ans d’un parcours professionnel principalement consacré à essayer de trouver une juste place à l’utilisation des outils et services informatiques dans les pratiques des enseignants et des élèves, étudiants ou stagiaires de la formation professionnelle.

En 3 décennies, j’ai travaillé pour des institutions très différentes en France et à l’étranger. Des universités, le réseau des MFR, des écoles, des collèges, des lycées, un rectorat en tant que délégué académique au numérique, des CFA, des organismes de formation professionnelle. J’ai beaucoup appris de cette diversité.

Mes interventions d’artisan ont toujours été structurées par quelques idées simples : éviter la posture du « sachant », partir des besoins, faire confiance à l’intelligence collective, impliquer les acteurs dans le diagnostic, dans l’élaboration et la mise en œuvre des solutions, surtout faire que les outils et services informatiques donnent du pouvoir d’agir.

Au tout début des années 2000, avec quelques pionniers nous avons élaboré les premiers ENT dans le supérieur : projet « Bureau nomade étudiant », avec les Universités de Poitiers, Paris 5, Strasbourg, Grenoble.

Puis vint le SDET !

Avec quelques pionniers courageux de 7 académies, nous avons tenté d’en corriger la vue « centrée établissement », pour la réorienter autour des besoins des métiers, d’y intégrer les différentes parties prenantes (chefs, inspecteurs). Le ministère y mit fin assez rapidement.

Depuis, dans les marges, je regarde l’administration de l’Éducation nationale s’entêter, empiler les actions et les systèmes sans jamais en corriger un seul, transférer la responsabilité aux collectivités locales tout en refusant de leur laisser la prendre, décider unilatéralement, souvent sans aucune concertation ni avec les représentants des élèves ou des parents ni avec les représentants des enseignants sur des sujets qui vont avoir des conséquences sur la vie de centaines de milliers de professionnels, de millions d’élèves.

Je pensais avoir tout vu, mais non.

Ces derniers jours (nous sommes en décembre 2022) plusieurs journaux ont repris sans toujours ni en analyser les motifs, ni en entrevoir ses conséquences, la réponse faite par le ministère au député Philippe Latombe, député Modem de la Vendée.

Le ministère interdirait donc désormais l’utilisation d’Office 365 et de Google Workspace par les élèves et leurs enseignants.

Cette information est reprise et saluée par différents acteurs impliqués dans la promotion de l’usage du logiciel libre ou encore dans le protectionnisme des entreprises françaises ou encore la souveraineté des services numériques. Les enseignants et les élèves sont donc sauvés d’un péril immense : leurs données auraient peut-être pu être mal utilisées par les deux éditeurs de ces « solutions » sans qu’il ne soit expliqué précisément la nature ni la fréquence du risque encouru. Peut-être.

Ce qui est sûr par contre, c’est que cette annonce va avoir des conséquences durables, réelles, sensibles sur la vie de millions d’élèves, de centaines de milliers de professionnels.

Tout un tas de questions me viennent. Elles ne sont pas toutes dans l’ordre. Je préfère prévenir, le sujet est complexe, ce texte va être un peu long.

Quels sont les enjeux ?

L’enjeu premier est certainement d’avoir la meilleure école du monde. Les temps qui viennent vont nous obliger collectivement à trouver des solutions pour réparer ce qui peut l’être et préserver ce qui peut l’être encore. Nous aurons besoin de citoyens éclairés, de professionnels agiles, créatifs, coopératifs.
À un conseiller d’une ministre de l’Éducation nationale qui me disait « Si ça ne tenait qu’à moi je mettrais du Google Workspace partout, mais je ne trouve pas les arguments pour convaincre les décideurs », j’avais alors proposé cet argument « Si l’on veut la meilleure école ne devrait-on pas, en confiance, mettre à disposition des élèves et des enseignants les meilleurs pratiques pédagogiques, les applications les plus puissantes et les terminaux les plus faciles à prendre en main et à maintenir ? Quel prix paierons-nous à faire l’inverse ? ».

Combien d’artisans utilisent encore des chignoles à main ? Pourquoi préfèrent-ils des machines portables, sans fil, pratiques et puissantes ? Les enseignants sont-ils condamnés à travailler avec une chignole numérique ?

Pour un autre conseiller de ministre, lui aussi en difficulté pour convaincre de doter le ministère d’applications puissantes et efficaces, j’ai tenté un calcul. Si chaque fonctionnaire perd 30 minutes par jour à se battre avec des applications inadaptées ou ne pas pouvoir s’appuyer du tout sur une application qui lui permettrait de faire efficacement son travail et gagner 30 minutes d’efficacité supplémentaire c’est environ 70 000 équivalents temps plein que le ministère perd chaque jour.

Le second est de réussir la transition vers les infrastructures et les services du « cloud » public et d’en tirer partie.

L’informatique mondiale, depuis les débuts d’internet, a commencé un nouveau cycle. Au terme de cette transition toutes les applications seront dans le nuage. L’ordinateur sera devenu un simple terminal comme le fut le Minitel en son temps. Seul un navigateur sera installé sur la machine. Le Chromebook qui tourne sur Chrome OS en est le premier représentant. Comme toutes les organisations, les écoles, collèges, lycées et universités s’adapteront à cette transition.
Pour une idée de ce que le cloud va changer en éducation, un court texte de Philippe Kalousdian, associé du cabinet Islean qui accompagne la transformation numérique des organisations.

Ce qui n’est pas mis au débat sont :

  • le fait que la bureautique et les applications de communication sortent de la machine change radicalement la donne ;
  • l’intérêt qu’il y a à ce que tous (élèves, équipes administratives, enseignants) puissent disposer du même ensemble d’applications et de services en conservant une ergonomie cohérente et sans devoir tenir compte de l’équipement utilisé (le téléphone, l’ordinateur, la tablette ou le Chromebook) ;
  • ce que cela permet de faire et que les ressources informatiques d’avant 2005 ne permettaient pas ;
  • ce que la communauté éducative y gagne en capacité à mobiliser son intelligence collective, en agilité, en résilience, en sécurité, en réassurance (ne plus perdre des affaires, y accéder de partout, etc.) ;
  • ce que ces environnements par nature traçants vont permettre de faire : prévention des conduites à risques, adaptation fine des apprentissages (IA), assistance des enseignants à l’individualisation et au mentorat des élèves, accompagnement du travail à la maison…

Le troisième enjeu serait de doter les personnels et les élèves d’applications qui leur permettent de fonctionner en mobilité et de se mettre en sécurité au cas où il faudrait demain se protéger d’une nouvelle menace sanitaire. Il faudrait avoir ici le temps de développer l’idée d’augmentation : de l’établissement, des personnes. En déployant l’une de ces deux suites, on ne met pas seulement en place des « outils », on protège, on étend, on donne du pouvoir d’agir et on augmente considérablement le niveau de sécurité et de cohérence ergonomique des services proposés.

Les élèves et les profs sont-ils des citoyens de l’Union européenne extraordinaires ?

Les écoles, collèges et lycées étant des organisations soumises au droit commun, ici le RGPD : comment l’utilisation de ces deux solutions est-elle possible partout en Europe où ces mêmes textes sont appliqués ? Comment croire un instant que CAP Gemini, Accenture, Veolia, Décathlon, le réseau des établissements scolaires à l’étranger, le conseil départemental du Var ou même Airbus n’aient pas été sanctionnés par la CNIL au prétexte d’exporter avec Google Workspace des données hors UE, si cette exportation ne se faisait pas dans un cadre légal ? Comment imaginer un instant que le réseau Canopé utilisateur d’Office 365 depuis 2018 ne soit pas sanctionné comme d’encore plus nombreuses collectivités ou entreprises ?

Si le ministère devait se soucier des données des élèves, il y a longtemps qu’il aurait dû les protéger. Elles sont pour l’essentiel chez Pronotes, un éditeur de logiciels privé qui a fait il y a longtemps ce que le ministère a été incapable de faire…

Rappelons qu’en France les données des élèves n’ont pas de statut particulier. Elles ne sont pas « sensibles » au sens du RGPD. Ce qui n’est pas le cas aux États-Unis par exemple. Il est d’ailleurs assez étonnant de faire un procès à deux éditeurs qui respectent sur leur marché interne une législation autrement plus contraignante que la nôtre dès qu’il s’agit de données scolaires (voir la loi FERPA qui remonte à 1974 aux USA)…

Les GAFAM sont-ils (que) méchants ?

Ils existent, leur pouvoir est réel et ils offrent des applications puissantes dont se servent des dizaines, voire centaines de milliers d’organisations dans le monde incluant de nombreux ministères de l’éducation et des établissements y compris en Europe.. Ils n’éditent pas que les suites bureautiques incriminées, ils proposent différents services d’infrastructure, de développement (dont le machine learning et les « solutions » d’intelligence artificielle), et d’hébergement.

Ne peut-on pas mettre cette puissance au service du pouvoir d’agir des enseignants, des élèves, des équipes administratives et de direction ? Les utiliser permet de comprendre ce qui se joue dans cette nouvelle phase de l’informatique mondiale. Les utiliser n’interdit pas d’être critique à leur égard. Je m’éclaire à l’électricité dont l’essentiel est produite par le nucléaire même si je préférerais n’utiliser que de l’électricité issue d’énergie renouvelable.

Le service public de l’EN est-il condamné à faire travailler ses agents et ses usagers avec des applications moins puissantes, moins ergonomiques, qui leur font perdre du temps, n’aident pas à mobiliser l’intelligence collective ? Ou souhaite-t-il pousser les utilisateurs à continuer de les utiliser sous les radars comme aujourd’hui ?

Si l’Europe a fait naître des licornes, elle n’a pas réussi à créer un de ces géants du numérique. Si elle le décidait, comme elle l’a fait pour Airbus, il lui faudrait des années et des milliards. Pour le moment, rien n’est engagé qui soit à la hauteur de la tâche. Nous n’avons pas de plan B. Et il sera toujours temps d’abandonner les suites applicatives américaines le jour où existera une alternative européenne réellement équivalente.

À titre personnel, je ne peux que remercier Google (et Wikipedia et Twitter) qui, depuis plus de 20 ans, m’aident chaque jour à me déplacer, apprendre, entrer en relation, co-écrire. Aucune autre entreprise, aucune autre institution n’a fait autant pour m’aider à grandir.

Quels ont été les travaux préalables à cette décision ?

On a plusieurs choses contradictoires.

En 2019, le MEN avait réalisé une étude participative (si, si) avec l’intention de choisir la suite collaborative qui remplacerait la messagerie académique tout en élargissant son périmètre fonctionnel. L’étude avait conclu à l’intérêt de déployer Google Workspace auprès des 1,2 millions de fonctionnaires. Ce projet s’appelait ETNA pour « environnement de travail numérique des agents ».

Ce résultat n’ayant pas été conforme aux attentes des commanditaires, l’étude a été temporisée avant d’être enterrée.

1 an avant le confinement. C’est dommage.

À l’été 2021, une note interne a demandé l’autorisation au cabinet de déployer Office 365 sur la même cible. La note de la DINUM de septembre 2021 a marqué un coup d’arrêt à ce second projet bien que sa réelle portée juridique soit faible. C’était quelques jours avant l’entrée en bourse d’OVH.

Le ministère est donc dans une forme d’impasse pour ce 1,2 million de fonctionnaires et va tenter de bricoler ce qui sera présenté comme équivalent en assemblant des briques de logiciel libre sans aucun souci d’ergonomie ou d’affordance. L’histoire jugera. Il serait intéressant de savoir où en sont les autres ministères. Celui de l’EN aurait l’air malin si d’autres ministères déployaient l’une ou l’autre des « solutions » (que fait Bercy ? Que fait le ministère de la santé ?).

S’agissant de la réponse au député Latombe :

  • Le ministère a-t-il mesuré les conséquences sur son propre fonctionnement, celui de ses services déconcentrés, sur le management des EPLE, sur la sécurité et la qualité des apprentissages ? Préserver l’intérêt de certains au détriment du très grand nombre est une énorme responsabilité. A-t-il réalisé une analyse coûts-avantages ? A t-il vu les conséquences pour les collectivités qui déploient des projets utilisant évidemment les systèmes d’exploitation de Microsoft et de Google (Île-de-France, Grand-Est, etc.) ou simplement celles qui voudraient équiper leurs établissements de terminaux faciles à administrer et probablement plus faciles à prendre en main, donc à être plus utilisés (ce qui rassurera les élus).
  • Puisque l’inquiétude semble porter sur un usage illicite des données personnelles, s’est-on demandé pourquoi ces deux opérateurs prendraient le risque de perdre la confiance des institutions scolaires au niveau mondial mais aussi de perdre la confiance des petites, moyennes et grandes entreprises ? A-t-on mis en perspective ce risque avec tous les autres et notamment avec les conséquences de continuer à sous-outiller les personnels et les élèves ou ceux relatifs à la sécurité et à la scalabilité tels qu’ils ont été rencontrés au plus difficile de la crise liée à la COVID ?
  • Le ministère est-il allé observer là où l’une de ces deux suites applicatives sont en place ? En France ou à l’étranger ? A-t-il fait monter en compétence des équipes pour réellement comparer les services existants à date et avec ce qui est promis depuis maintenant 2 ans pour apps.education.fr ?

Le ministère est-il exemplaire ?

Windows 10 équipe tous les ordinateurs de tous les lycéens, Android ou iOS qui équipent les tablettes ont le même problème que celui qui justifie le bannissement d’Office 365 et Workspace. Et pendant que le Ministère interdit ces deux suites logicielles, tout le Ministère utilise Outlook, tous les téléphones des agents (y compris dans les rectorats, DSDEN) utilisent Android ou parfois iOS le plus souvent sans MDM (avec des comptes Gmail souvent créés à leur insu !) et Office 365 est largement utilisé au quotidien. Il est déployé au rectorat de Limoges depuis des années (et avec succès). Quant à Google Workspace il reste utilisé dans bien des académies que ce soit dans les établissements ou même dans certains services de rectorats (on a les noms !).

Si on repère une difficulté réelle ou supputée, on en analyse le risque en termes de conséquence, de gravité et de fréquence avec les parties prenantes, et si on décide, alors on décide d’appliquer la même logique pour tous les services concernés. Pas que pour les applications de bureautique en ligne, pas que pour protéger les intérêts de quelques uns (les dirigeants de quelques éditeurs d’ENT et leurs dizaines de salariés) et ou encore pour faire plaisir à des groupes de pression vraiment minoritaires (les militants du libre en éducation par exemple).

Si l’intention de l’Institution est de protéger les élèves et les enseignants d’une utilisation illicite de leurs données personnelles, ne devrait-il pas enfin s’attaquer à la mise en place effective du RGPD dans les établissements dans les rectorats et même au ministère ? Il suffit d’extraire la liste des DPD désignés dans les formes sur le site de la CNIL pour s’apercevoir que moins de 60 % des établissements ont désigné un DPD. Et encore, souvent, ils ont désigné le DPD académique et bizarrement tous le même jour ce qui laisse penser que les responsables de traitement n’ont pas fait eux même cette désignation. Combien ont engagé une démarche réelle et sincère ? Combien ont un registre en place présentable au public comme la loi l’exige pour les établissements secondaires ? Combien le tiennent-ils à jour ?

A qui profite le crime ?

Pas aux élèves, aux enseignants, ni aux chefs d’établissement. À la sortie du confinement, différents acteurs n’avaient pas ménagé leurs efforts pour masquer la fragilité des applications institutionnelles mises au service des communautés éducatives (cf. les Etats généraux du numérique tenus du 3 au 5 novembre 2020 à Poitiers). Mais personne n’a été dupe. Les équipes ont tenu bien plus aisément là où elles ont utilisé des services adaptés et robustes. À écouter ou à lire ce qui s’y est produit, nulle mention de Discord ou d’une des deux suites bureautiques américaines. Pour la petite histoire, on se souviendra que lorsque la rectrice de Poitiers est allée rendre visite aux 5 établissements de son académie où (d’après ses services), les équipes avaient le mieux assuré la continuité pédagogique, quelle ne fut pas sa surprise de constater que les 5 avaient mis en sécurité leur communauté grâce aux services présents dans Workspace de Google.

Déjà le crime profite aux partisans du statu quo :

  • Au ministère à ceux qui ont fait et qui font carrière, et les sociétés de service qui les éditent, dans la promotion des ENT (environnements numériques de travail) et maintenant du GAR qui le prolonge d’une certaine façon. Ces gens ne sont pas idiots : certains utilisent même Workspace ou Office 365 en interne. Ils savent que l’offre des ENT est périmée et que l’arrivée des deux suites bureautiques dans le nuage entraînera tôt ou tard une refonte complète du modèle. Ils ont donc intérêt à ce qu’elles ne soient pas déployées tout du moins pas trop vite et pas tout de suite. Ils ont piégé les collectivités dans une fuite en avant dont aucune n’arrive à se sortir, sauf peut-être les plus grandes (IDF, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Grand-Est). On notera le rôle particulièrement efficace des DPD académiques qui ont réussi, en instruisant un procès en non conformité au RGPD applicable en France, à bloquer les projets Workspace/Office365 soit de leurs équipes internes (rectorat d’Aix), ou de collectivités (CD83). Dans ce dernier cas, alors même que Workspace était déployé par la collectivité au bénéfice de ses agents (en toute conformité !).
  • Aux partisans du logiciel libre, représentants une très infime minorité de personnels et de responsables légaux des élèves qui auraient pu se contenter d’une approche en complémentarité parce qu’il y a de la place pour tous, si nous voulons un jour disposer d’applications efficaces, de ressources ouvertes, de traitements des données puissants.
  • Aux Edtech qui trouvent ici un argument efficace pour accéder aux financements publics en oubliant de préciser que la majorité d’entre-elles utilisent les services d’Amazon, Google, Microsoft pour héberger leurs applications dans des conditions de sécurité optimale ou pour utiliser les services bureautiques mais aussi les moteurs d’IA de ces grands opérateurs.

Que penser des arguments de la réponse au député Latombe ? Sont-ils solides ?

D’abord, il faut rappeler qu’une réponse à une question parlementaire n’a aucune valeur juridique. C’est une réponse politique à une question politique. Elle n’engage pas le ministère. Ce n’est pas un document à valeur réglementaire.

Le concept de souveraineté n’a pas de base légale non plus. S’il en avait une, comme toutes les mesures protectionnistes, elle viendrait en contradiction avec toute une série de traités internationaux. Tout pourrait changer si la représentation nationale votait des lois protectionnistes interdisant tel ou tel service pour telle ou telle raison ou encore si la plus haute autorité validait une jurisprudence qui confirmerait le bien fondé d’une telle interdiction ou même d’une sanction par la CNIL. Pour le moment rien de tout ça. Dans la réponse à la question parlementaire, le conditionnel est prudemment utilisé quand il est ecrit que la suite bureautique de Microsoft et celle de Google seraient non conformes au RGPD. Soit ces services sont non conformes et il faut écrire pourquoi, soit l’analyse n’a pas permis de définir leur conformité (4 ans et demi après l’entrée en vigueur du RGPD en Europe) et il faut l’indiquer ou encore confirmer que les services sont conformes comme c’est le cas dans tout le reste de l’Europe et de la Suisse. L’emploi de ce conditionnel pose un réel problème car aucune décision à portée juridique ne peut s’appuyer sur des suppositions de cette nature.

Qui va en payer les conséquences ?

Le contribuable probablement car il va assurer le financement des tentatives de mise en place de d’applications bureautiques alternatives. Quaero, Numergy, CloudWatt, Qwant, GaiaX, et autres projets du même genre ont suivi le même chemin.

Les enseignants et les élèves qui paieront le prix de leur qualité de vie, du stress, de leur manque d’efficacité et qui devront patienter avant de disposer comme dans les autres pays européens de services et d’outils performants pour enseigner et pour apprendre.

Le ministère qui va probablement continuer de passer à côté des besoins de ses personnels et des élèves dont il a la charge. L’offre apps.education.fr, l’ajout d’un Moodle national ou encore le soutien à une nouvelle offre de Pronotes n’étant que des projets ajoutant de l’incohérence (par manque d’articulation avec les ENT existants).

Les collectivités qui vont continuer de financer des ENT dépassés en continuant d’oublier qu’ils n’ont pas été construits pour faire l’école, mais pour la compléter (on s’en est aperçus pendant le confinement) et que la vision inscrite dans le SDET en 2004 n’est plus à jour. alors même que les fonctionnalités attendues n’ont pas évolué depuis près de 18 ans.

Les collectivités qui vont passer à côté de l’opportunité de repenser totalement un « nouveau SDET » qui prendrait en compte l’arrivée de la bureautique dans le nuage. Même si certaines ont déjà vu cet espace.

Les collectivités toujours qui se voient privés de la possibilité de déployer les nouveaux terminaux légers (savent-elles pourquoi ces nouveaux terminaux représentent aujourd’hui 1 ordinateur sur 2 achetés dans la plupart des pays de l’OCDE ?) dont le Chromebook est le premier représentant mature, qui arrivent sur le marché éducatif et qui les aideraient à mieux sécuriser, maintenir, valoriser le parc matériel et applicatif qu’elles mettent à disposition des établissements en optimisant les coûts et la ressource humaine nécessaire et en disposant d’indicateurs riches sur les usages effectifs.

Que fait-on maintenant ?

N’y aurait-il pas :

  • des services génériques sur étagère, souvent hérités des services grands publics très présents sur les smartphones, hébergés de manière industrielle, très sécurisés et peu coûteux tout en étant conforme avec la réglementation en vigueur pour la protection des données en particulier parce que leur modèle économique ne repose pas sur l’analyse des comportements à des fins publicitaires et que leurs contrats et leurs certifications apportent des garanties solides sur ces points ;
  • des services métiers : pour piloter un EPLE (EDT et vie scolaire), pour enseigner et apprendre, édités souvent par des entreprises (ENT, Index Éducation, Livre scolaire, etc.) puis achetés, à installer localement ou en tant que service sur le web, soit directement par les établissements sur leur budget, soit par les collectivités ;
  • des services métiers dont l’Etat (administration centrale et académique) a besoin et qu’il doit concevoir lui-même ou financer directement la conception : ensemble des applications de gestion du ministère et des académies (liées aux affectations, aux examens, aux mutations, etc.)
  • des besoins de connecter tout ça, soit pour fédérer de l’identité, soit pour échanger des données entre services, sous une forme ou une autre (par APIsation ou formats d’échanges publiés) avec une réelle urbanisation et une plateformisation supervisée par l’État selon les normes et contrats qu’il imposera. Nul besoin de tout développer en interne pour réurbaniser un système d’information.

Dit autrement, dépense-t-on de l’argent du contribuable pour financer le salaire de fonctionnaires pour essayer de refaire ce que des dizaines de milliers d’ingénieurs de Microsoft, Google, Amazon, Apple et autres BATX feront toujours mieux pour moins cher ? Ou pour acheter des briques de services « équivalentes » à des éditeurs privés (ENT).

N’étaient-ce pas les conclusions auxquelles était arrivée la DNE avec le projet ETNA en 2019 ?

Une analyse plus fine permettrait de cibler les moyens de développement des équipes de développement de l’État et des communautés du libre sur les services où l’édition privée n’ira pas. Souvent parce que ce n’est pas rentable ou encore parce que les développements sont trop liés à des métiers et peu réutilisables dans d’autres contextes. Ce n’est pas le cas des services bureautiques génériques présents dans ces suites.

Ou décide t-on de recentrer les efforts sur ce que toutes ces belles multinationales ne feront jamais :

  • organiser une certification de l’hébergement et du traitement des données d’éducation sur le modèle de la certification de l’hébergement des données de santé qui existe depuis 2018 et pourrait être immédiatement inspirant ;
  • négocier une cartographie, des contrats, et des accès par API aux données hébergées par Index-éducation et par tous les éditeurs de vie scolaire pour les rendre disponibles aux EPLE, aux enseignants et par voie de conséquence aux éditeurs susceptibles de les réutiliser dans le périmètre de confiance dessiné par les chefs d’établissement ;
  • développer une utilisation efficaces des traces laissées par les élèves lorsqu’ils utilisent des plateformes de coopération « traçantes » comme Office 365 Education ou Google Workspace Education pour proposer des outils aux enseignants renforçant « feedback » et engagement des élèves mais également aux chefs d’établissement et CPE tout en permettant la remontée d’indicateurs d’utilisation effective aux académies et au financeurs de ces services que sont les collectivités ;
  • enfin mettre en place le référentiel utilisateurs unique avec les élèves et les enseignants et permettant l’authentification souveraine dans un dispositif de type Educonnect (comme il existe depuis des années chez nos voisins : Glow en Ecosse, EduID en Suede, Edulog en Suisse, UniLogin au Danemark
  • agir pour résorber les zones blanches où habitent des élèves et des enseignants et utiliser les faisceaux satellites à chaque fois que la connexion ADSL ou la fibre n’est pas encore suffisante dans les établissements scolaires ; faire en mieux ce que les USA ont entrepris en 2012 avec leur projet Education Super HighWay : 100 KB/s par élève dans 100 % des lieux d’apprentissage de 100 % des établissements scolaires du territoire.
  • utiliser le potentiel des smartphones des élèves et des enseignants pour enseigner et apprendre par une approche « mobile first » à chaque fois que cela est possible ;
  • simplifier les services proposés aux personnels de directions, aux inspecteurs du second degré et aux IEN pour réaliser l’ensemble de leurs tâches de gestion (un des objectifs du projet de PIA (portails intranets académiques) portés il y a déjà 15 ans par 7 académies ;
  • développer et rendre mobiles les applications métiers des corps d’inspection, dont SIIPRIEN en les liant à Horus par exemple ;
  • enfin intégrer I-Prof à un vrai portail métier enseignant en renouvelant son interface utilisateur et en tenant compte des apports de l’UX.

Et la liste est loin d’être complète !

On s’y met ?

Parce que sur le terrain, sinon, ça va continuer à galérer et à se débrouiller comme ça peut, sous les radars, en faisant prendre des risques aux chefs d’établissement, et en évitant les oukases de toutes sortes….

Jean-Louis Schaff @Jlschaff

image

Crédit photo : Rob Kemme from Netherlands

Posté dans Billets d'humeur

3 commentaires pour “Le retour à la chignole ? Ou comment rater encore la modernisation du service public de l’Éducation nationale, épisode 123 (un record du monde)
  1. vincentxavier dit :

    Petite référence dystopique : Macdonalds et CocaCola ont envahi les cantines scolaires avec une offre gratuite.

    Peut-on un instant croire qu’encadrer leurs pratiques est possible, alors que leur fonctionnement est celui du dealer qui offre les premières doses ?

    Il faut clairement s’affranchir des offres capitalistes américaines dont le modèle est conçu autour de la publicité et de la collecte des données.

    Pour cela, il faut donner les moyens aux CTs (ou recentraliser les ENT)

    Il y aurait tant à dire sur l’articulation ENT (fourni par les CTs) / cahier de texte en ligne (obligation légale) et outils pour travailler (et je ne pense pas qu’il faille Word pour travailler)

  2. bruno.lapetite dit :

    Un billet exemplaire à diffuser de toute urgence.

  3. Louis Derrac dit :

    Bonjour Jean-Louis.

    Je n’ai pas la même appréciation que toi.

    D’une part parce que je suis technocritique : je ne pense pas indispensable la numérisation de l’éducation nationale. Certainement pas au niveau actuel, qui crée de facto notre dépendance aux GAFAM ou autres Edtech. Tu écris par exemple « L’enjeu premier est certainement d’avoir la meilleure école du monde. ». C’est une approche extrèmement technosolutionniste que de lier cet immense enjeu aux technologies numériques.

    Et d’autre part, parce que je suis un militant des alternatives numériques. Donc oui, je pense qu’il faut effectivement réduire notre dépendance à des technologies et services que nous ne maitrisons pas, dans un contexte géopolitique très incertain.

    Cela étant dit, ton article et ton retour d’expérience sont très importants pour progresser dans notre questionnement sur la place à donner au numérique à l’école. Ma propre conviction, c’est que l’éducation avec et par le numérique est anecdotique, à côté des enjeux de l’éducation AU numérique. Plus largement, l’éducation tout court, dans un monde numérique. Cf mes articles sur le sujet, et dernièrement sur les cahiers : https://www.cahiers-pedagogiques.com/quattend-on-de-leducation-au-numerique-a-lecole/

    Je rappelle également des éléments de contexte : le lobbying des GAFAM explose, littéralement en ce moment. Donc bon…
    https://multinationales.org/fr/enquetes/gafam-nation/

    Fin des métaux rares : c’est l’heure du choix (avec Aurore Stéphant)
    https://www.youtube.com/watch?v=7bh3Z78e68Q

    Bref, au delà de l’éducnat, je suis partisan d’une dénumérisation de la société… Et d’accompagner cette dénumérisation d’un passage à des technologies et plateformes numériques plus éthiques, souveraines, sobres, libres sur certaines couches, etc. J’ai tout un dossier sur la dimension « numérique alternatif » : https://louisderrac.com/ressources/numerique-alternatif-et-alternatives-numeriques/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-moi sur Twitter

Attention ! Ce blogue est encore un tout petit peu en travaux…

Bon, après quelques modifications du code, la une semble reprendre forme humaine :)

Donc, la bière est pour moi. Tant pis !

Le dispositif d'abonnement aux nouvelles publications a finalement été remis en place. Il semble fonctionner à nouveau. N'hésitez pas à me prévenir du moindre dysfonctionnement. Merci.

Une production Neottia nidus-avis, réalisée par Michel Guillou

Tous les textes et photos bénéficient de la licence  « Creative Commons attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International »image sauf mention contraire.

Je vous remercie à l'avance de me faire savoir si vous utilisez, modifiez, reproduisez...

Soutenez la Quadrature

Un tweet après un autre ?

RT @yannhoury: chatGPT et le calcul des points pour obtenir une note sur 20. Ça doit être des points bonus. https://t.co/vvgam1hquY
- samedi Jan 28 - 6:24

@ProfToujours À force de se prendre des claques, ça se comprend... https://t.co/mtwo4jWwQr
- samedi Jan 28 - 6:04

@elanions @AgChristie2 Je ne sais pas de qui ou de quoi vous parlez. Les prosélytes solutionnistes de ce « numériqu… https://t.co/g2sz3jX9pm
- samedi Jan 28 - 5:30

Le tour de passe-passe de Canal Plus avec la presse retoqué https://t.co/uXd38MGwGF
- samedi Jan 28 - 4:03

Si j'ai le temps et le courage, je vous expliquerai tout ça sur https://t.co/caW7fBNWa4
- samedi Jan 28 - 10:45

Les constats sont erronés ou hors-sol, loin, très loin des enjeux, d'ailleurs mal compris et donc mal exprimés, d'u… https://t.co/IQK0U0ZrvZ
- samedi Jan 28 - 10:42

@elanions @AgChristie2 On ne parle pas du même numérique. Le mien, c'est le paysage, le contexte, il est transversa… https://t.co/LVJUYR2Pbg
- vendredi Jan 27 - 6:29

Ce n'est pas que du matos, ou même du matos qui marche, le numérique, c'est aussi et surtout des stratégies globale… https://t.co/nslXo8RQE6
- vendredi Jan 27 - 5:36

Temps de parole : CNews encore sanctionnée pour avoir surexposé le Rassemblement national https://t.co/AAPoh0i8c1
- vendredi Jan 27 - 5:32

@picard_jl Magnifique ! Mais Chat GPT parle français...
- vendredi Jan 27 - 4:31