Des nouvelles toutes fraîches de l’école des Lumières

Voilà plus de vingt cinq ans que les collectivités locales, communes, départements, régions, chacune pour sa part, avec ses moyens propres et forcément inégaux, dans son domaine de compétences, équipent les salles de classe des écoles, collèges et lycées de matériels de communication numériques et les connectent à l’internet.

Tout cela a coûté beaucoup, beaucoup d’argent. Au-delà du câblage actif ou passif, des dispositifs de connexion sans fil, des différents serveurs nécessaires à la pédagogie, quelquefois nombreux en lycée ou à l’université, ce sont des quantités massives d’ordinateurs fixes et mobiles, des tablettes plus souvent ces derniers temps avec le plan numérique à l’école et au collège, terminaux dont il est nécessaire de prévoir la garantie, la maintenance et le remplacement tous les quatre ou cinq ans, qui ont été livrés par les collectivités territoriales dans les salles de classe. Il a fallu prévoir aussi le raccordement à l’Internet à très haut débit, ce qui n’est jamais simple et bon marché dans les zones rurales.

Les collectivités, qu’on avait poussées à investir dans le numérique, attendent alors qu’on s’en serve, de tous leurs appareils — elles appellent cela des « usages ». Oh ! elles ne vérifient pas de quoi il s’agit pratiquement, en classe, ce en quoi, à mon avis, elles ont tort, mais exigent des statistiques — combien d’élèves par ordinateur, combien de bande passante, combien de ressources distribuées… toutes sortes de chiffres abscons qui n’ont de sens que parce qu’ils finissent sur des rapports ou des professions de foi électorales. Pour rendre compte aux électeurs contribuables de… cette gabegie d’argent public. Car il s’agit bien de cela.

La donne a changé

Aujourd’hui, les jeunes entre 12 et 17 ans, presque tous des élèves donc, sont 97 % à posséder un téléphone mobile. Et 85 % de ces machines sont des smartphones, des ordiphones comme j’avais commencé à les appeler. Ces chiffres de référence sont déjà plutôt anciens et on s’approche très vite aujourd’hui de 100 % dans les deux cas. D’ailleurs, on ne trouve plus guère à acheter autre chose que des smartphones connectés. Quel élève de 15 ans accepterait aujourd’hui d’être équipé d’un appareil qui ne ferait que téléphone ? Pour quoi faire ? Les jeunes se téléphonent très rarement et n’utilisent la fonction téléphone que pour l’envoi et la réception très massifs des SMS, des textos.

Ces smartphones ne sont donc pas des téléphones. Ce sont des ordinateurs. Très rapides. Très. Chaque élève possède dans sa poche une machine surpuissante et polyvalente qui lui permet d’accéder à tous les savoirs. Michel Serres en témoignait déjà en 2011 :

« Que transmettre ? Le savoir ? Le voilà, partout sur la Toile, disponible, objectivé. Le transmettre à tous ? Désormais, tout le savoir est accessible à tous. Comment le transmettre ? Voilà, c’est fait. Avec l’accès aux personnes, par le téléphone cellulaire, avec l’accès en tous lieux […], l’accès au savoir est désormais ouvert. D’une certaine manière, il est toujours et partout déjà transmis. »

Par ailleurs, l’excellent Jean-Louis Schaff fait remarquer à juste titre que la somme de la connectivité embarquée par les smartphones des élèves et des enseignants multiplie par un facteur de 15 à 20 celle de l’établissement.

Un nouvel accompagnement des collectivités ?

Comme les entreprises qui commencent à comprendre qu’il convient peut-être de privilégier la mobilité des pratiques professionnelles et le BYOD (AVEC en français, pour pour « apportez votre équipement personnel de communication »), ce qui perturbe beaucoup les DSI mais les libère de la gestion de lourdes infrastructures matérielles, les collectivités commencent à comprendre tous les avantages qu’elles pouvaient tirer d’une évolution radicale de l’accompagnement matériel qu’elles prodiguent aux écoles et établissements.

Finis les lourds équipements onéreux qui demandent des moyens financiers et humains importants pour les procédures d’achat, la maintenance et l’administration ! Finies les bagarres sans fin avec les opérateurs pour tirer de la fibre en urgence là où c’est difficile d’en mettre ! Reste à réduire les inégalités, chantier sur lequel l’État central s’est engagé à aider les collectivités locales, tant pour ce qui concerne la connectivité en 4G et, bientôt, en 5G, et la disparition des zones blanches que pour ce qui concerne l’équipement personnel des élèves en permettant aux collèges d’acheter quelques smartphones complémentaires, dont la fonction téléphone pourrait d’ailleurs être désactivée, pour les quelques élèves qui n’en disposent pas…

Et puis aussi se pencher sur la fournitures de ressources éducatives numériques disponibles, dont les manuels scolaires, qui pourraient partiellement être stockées sur ces terminaux mobiles…

Bref que d’heureuses perspectives sur lesquelles réfléchissent les élus et fonctionnaires des collectivités en charge des écoles, collèges et lycées. Tant mieux.

Une interdiction réaffirmée et fièrement revendiquée

Au moment même où, à la DNE, on réfléchit à tout cela — se référer à ce que me répondait, à Ludovia, Mathieu Jeandron, sur les démarches entreprises auprès des affaires juridiques du ministère pour interpréter ou faire évoluer le code de l’éducation et, notamment, son article L511-5 —  le ministre Jean-Michel Blanquer faisait lui aussi sa rentrée en annonçant partout son intention de faire respecter à la lettre les promesses de campagne du président nouvellement élu. « Nous interdirons l’usage des téléphones portables dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges. » avait alors proclamé le candidat.

Compte tenu d’une évolution sensible des pratiques de classe à ce sujet, voir par exemple les témoignages recueillis lors du dernier Carnaval numérique, compte tenu aussi du relâchement observé de la réglementation intérieure des lycées et même des collèges à ce sujet, des dispenses et dérogations accordées çà et là pour innover, il semblait acquis que, comme d’habitude, ces promesses de campagne seraient vite oubliées, d’autant que l’école a d’autres chantiers plus importants et sensibles à mener. Que nenni ! Le ministre, qui a pas mal occupé le terrain des médias en cette rentrée, n’a pas manqué une occasion de rappeler sa détermination à « faire respecter les règles et le droit ».

Interrogé sur les modalités pratiques d’une telle interdiction, le ministre a rappelé ce qu’il disait déjà fin juin dernier et qui m’avait permis de faire, en m’efforçant de sourire, quelques aimables « Petites suggestions pour restaurer l’autorité du chef de l’État en Conseil des ministres ».

« Par exemple, en Conseil des ministres, il y a un casier. On y met son téléphone portable, et ensuite, on rentre en Conseil des ministres, de sorte qu’on n’est pas interrompu. »

En prenant ainsi la décision de confirmer cette interdiction, en allant même jusqu’à envisager d”en renforcer, à brève échéance, les modalités de mise en œuvre, le ministre ne fait que flatter dans le sens du poil tous ceux, dont certains parents, qui pensent que l’école, c’était mieux avant, et ceux des professeurs qui, au mieux, se méfient complètement de ce qu’en font leurs élèves, au pire, haïssent complètement ces derniers, leurs habitudes de vauriens et la modernité aliénante. Sic.

Pas de chance pour notre vaillant ministre, les parents de la PEEP ont protesté — on attend encore la moindre remarque de la FCPE à ce sujet, très curieusement silencieuse sur un sujet qui la concerne au premier chef — mais c’était plus pour douter de la capacité de l’institution à mettre en œuvre pratiquement l’interdiction plutôt qu’à la remettre en cause ou à s’interroger sur sa validité et son intérêt :

« Le dépôt des téléphones portables au collège pose un problème de logistique effroyable »

On attend aussi les réactions officielles des syndicats d’enseignants ou des syndicats d’élèves. Sur son blogue éducation, l’UNSA, sans prendre vraiment position, donne la parole à Christian Westphal qui utilise en classe les smartphones de ses élèves de collège depuis un bon moment déjà. Je vous en dis un mot plus loin.

Un certain déni de la réalité

Le tweet ci-dessus, publié par le site officiel de l’administration française, a suscité pas mal de remarques. Un certain Philippe Casier, principal de collège, réagit sur un grand réseau social :

« Une nouvelle fois, l’Éducation nationale passe à côté d’une extraordinaire opportunité. C’est la première génération à se promener avec, dans la poche, un dictionnaire, une calculatrice scientifique, une encyclopédie, un atlas, une bibliothèque, une vidéothèque, un appareil photo, un enregistreur pour les cours de langues, une caméra… Au lieu d’apprendre à s’en servir, d’apprendre à trier et à garder un esprit critique sur les informations… on veut interdire, sans d’ailleurs y parvenir. »

Et puis, il y a ce reportage réalisé quelques jours après ce rappel réglementaire par francetvinfo.fr. C’est à Loches, près de Tours, et on y a décidé — qui ? le règlement intérieur ? — que les téléphones portables, tolérés dans la cour du collège, ne le seraient plus. Arguments ultimes de la direction : il n’y a plus de photos prises en classe et plus de harcèlement non plus. Tout cela est totalement invraisemblable. D’abord parce que les élèves s’en contrefichent et font ce qu’ils veulent en prenant des risques, ensuite parce que les parents, dans l’impossibilité même d’envoyer un texto à leur enfant vont finir par se rebeller, enfin parce que le temps scolaire, 35 h en moyenne, dont 30 h de cours pendant lesquels les élèves sont censés en principe faire autre chose que de harceler ou d’être harcelés, ne représente pas grand chose par rapport aux plus de 110 h d’éveil hebdomadaire.

Un jour, je ferai un billet pour dénoncer les fantasmes au sujet du harcèlement, ceux qui le lient par exemple aux pratiques numériques, ceux qui ne le voient qu’à l’école ou ceux qui en font un phénomène du moment et de la modernité.

En clair, dans ce collège, on se fiche pas mal qu’il y en ait, du harcèlement, du moment que ça ne soit pas à l’école. En prenant des mesures d’interdiction, de rétorsion et de confiscation, contre le droit commun d’ailleurs, ce principal, ce collège, l’institution scolaire en général font exactement le contraire de la mission de service public qu’on leur a assignée. Au lieu de bâtir avec les principaux concernés les fondements d’une vie scolaire, en l’occurrence la vie collégienne, comprise parce que négociée puis longuement expliquée, ils préfèrent interdire et réprimer.

C’est un choix.

Que d’autres ne font pas. Sur le blogue L’École de demain, Christian Westphal, professeur de sciences physiques dans un collège du Bas-Rhin, raconte comment il utilise avec ses élèves les smartphones qu’ils possèdent. Il dit comment cela mobilise leur attention, les incite à collaborer, les met en activité.

« Il n’y a eu quasiment aucun “dérapage” avec les téléphones. Ils sont sur la table et plus en dessous, du coup, c’est plus facile de repérer ceux qui font autre chose. Si le SMS parental “N’oublie pas que c’est Papy qui vient te chercher à 17 h” arrive en plein cours, la règle est simple : on lit le message rapidement, on n’y répond pas et on reprend le boulot. »

Fort heureusement, il existe plein d’exemples du même type, dans des disciplines différentes et à des niveaux divers, avec l’accord tacite et parfois complice de l’administration ou des services du rectorat, où le smartphone/ordinateur est utilisé pour prendre quelques notes, faire quelques photos, consulter ce qu’en dit Wikipédia, faire un petit calcul rapide, consulter une carte, vérifier l’orthographe d’un mot, que sais-je encore…

L’insupportable mépris pour la jeunesse

Dans Educavox, un professeur, Viviane de Beaufort, explique :

« Je n’interdis pas le smartphone à mes étudiants : ce n’est pas la peine d’essayer de les empêcher d’être ce qu’ils sont, il faut au contraire profiter de leurs talents. »

En prenant les décisions d’interdiction et d’ostracisation dont on parle, les élus, les fonctionnaires apeurés témoignent, au contraire de cette professeure, de leur absolue incompréhension de ce que sont, ce que sont devenus les jeunes d’aujourd’hui.

Incapables de voir à quel point ils ont changé, à quel point ils ont investi, avec talent, l’écosystème numérique dans lequel ils baignent, ils adoptent à leur égard, à leur encontre devrais-je dire, une attitude hautaine et méprisante. J’avais proposé, il y a plus de 4 ans déjà, dans un article appelé « Ne dirait-on pas que les jeunes, nos enfants, les élèves, ne sont plus vraiment les mêmes ? »,  en examinant et en m’interrogeant sur les pratiques numériques médiatiques massives des jeunes, quelques questionnements qui n’ont guère trouvé de réponse aujourd’hui :

  • Quand les sollicitations sociales sont permanentes, comment mobiliser l’attention des élèves, assis six heures par jour à écouter leurs professeurs ?
  • Comment concilier le travail collaboratif et coopératif avec l’évaluation traditionnellement individuelle ?
  • Comment intégrer dans les enseignements l’acquisition par les élèves d’une culture numérique, technique mais aussi et surtout sociale et citoyenne ?

Je concluais ainsi :

« Il nous faut cesser de rêver et d’imaginer des élèves tels qu’ils pourraient ou auraient pu être, à l’image de ce que nous étions nous-mêmes ou rêvions d’être parfois, il y a quelques dizaines d’années. »

Au-delà du mépris que ces adultes supposés responsables manifestent ouvertement pour les jeunes et ce qu’ils sont aujourd’hui, la réaffirmation de cette stupide interdiction est aussi particulièrement méprisante pour les enseignants eux-mêmes. Comment ? Ils ne seraient pas capables de mobiliser l’attention et la disponibilité des élèves, malgré la supposée dispersion que leur occasionne, selon les dires mêmes du ministre inquiet, le machin honni ? Ils ne seraient pas capables de formuler des interdictions simples, de négocier dans le cadre de la classe les éléments fondateurs du vivre ensemble, d’une vie scolaire apaisée qui rende les élèves plus autonomes, plus responsables ? Pour ma part, je suis convaincu du contraire. À condition qu’on les aide, que se bâtisse une réelle solidarité entre les acteurs de l’école, tous les acteurs, parents compris, qu’on leur explique qu’il vaut mieux, de temps en temps, évaluer l’opportunité de traiter telle ou telle partie du programme en considération particulière d’apprentissages transversaux, ceux qui concernent l’acquisition des compétences citoyennes ou l’éducation aux médias et à l’information, par exemple…

Oui, si on fait tout cela, je suis certain que la majorité des professeurs sont capables d’adopter à ce sujet un regard bienveillant et compréhensif. Des efforts à faire découle naturellement un résultat valorisant pour tout le monde.

Le néo-obscurantisme des élites

Nombreux sont ceux qui, au siècle dernier déjà, ont contribué à faire de l’école autoritaire de Jules Ferry une école ouverte, curieuse des évolutions de son temps, porteuse de valeurs, formant des citoyens éclairés et capables d’exercer leur esprit critique. Plus que jamais, le numérique, fait social et culturel global, contraint l’école aujourd’hui à renforcer cette mission, contre ceux qui voudraient en faire une machine à produire des travailleurs, en accentuant l’acquisition des connaissances et des compétences qui sont celles du jeune citoyen.

Le jeune citoyen de l’ère numérique a changé, je vous l’ai dit. Il a acquis des compétences qui lui permettent de mieux travailler avec les autres, de renforcer, en coopérant ou en collaborant, l’intelligence du collectif. Il sait s’adapter à de nouvelles situations ou conditions de travail. Il sait aussi qu’on en veut beaucoup à ses données personnelles et il a appris à se prémunir et à se protéger. Il a appris à confronter son opinion à celle des autres, il sait s’adresser à un auditoire, argumenter, débattre. Il exerce pleinement sa liberté d’expression là où c’est possible et où ça l’intéresse. Il sait comment et où accéder aux ressources documentaires dont il a besoin, en faire le tri, les valider, extraire le meilleur, critiquer le faux et s’en débarrasser.

Pour tout cela, il utilise les outils disponibles, à commencer par le smartphone qu’il a ordinairement dans la poche.

Il aurait bien voulu mais voilà, il ne peut pas, on le lui interdit : le machin à acquérir des connaissances, à mettre en œuvre toutes les compétences décrites plus haut, à interagir avec sa sphère sociale, dont la famille et les amis, doit être rangé une fois pour toutes au fond de son sac.

L’interdiction va-t-elle aussi concerner les tablettes, différentes des smartphones en ce qu’elles sont un peu plus grandes, pourtant déployées dans de nombreux collèges de France, et les objets connectés, les montres par exemple ? Cet immense autodafé numérique est ainsi celui qu’organise aujourd’hui une école qu’on croyait pourtant dévouée à servir les Lumières. J’ai déjà évoqué ces nouvelles pratiques moyenâgeuses il y a plus de deux ans, dans un article titré « Les nouveaux inquisiteurs des autodafés numériques ».

C’est l’obscurantisme qui gagne l’école, celui qui interdit, qui censure, qui confisque, qui jette au feu, qui voue aux gémonies, qui occulte, qui ne veut pas savoir, qui refuse de changer. Il est ainsi mené par de nouveaux inquisiteurs, ceux qui appellent au discernement quand il s’agit d’appeler à la Raison.

Les seuls qui peuvent nous sortir de ce piège sont, si je me rapporte aux premiers paragraphes de ce billet, les collectivités territoriales qui, je l’espère, vont bientôt prendre conscience qu’il convient de porter leurs efforts dans le sens du soutien à l’équipement personnel et ainsi contraindre l’école à évoluer et ouvrir les yeux. S’ils pouvaient disposer du soutien des élèves eux-mêmes et de leurs parents, ce ne serait pas plus mal…

Pour aller plus loin sur le sujet, au-delà des liens déjà indiqués dans le corps du texte :

Michel Guillou @michelguillou

image

Crédit image : TaniaVdB sous licence CC0 Public Domain via Pixabayjezaroul via photo pin cc, Di Takashi Hososhima from Tokyo, Japan – Traditional cell phone vs Smart phone, CC BY-SA 2.0, Collegamento  et « auto da fe in the Town of San Bartolomé Otzolotepec » via Wikimédia Commons.

Pour citer cet article : Michel Guillou, « Des nouvelles toutes fraîches de l’école des Lumières » in Culture numérique, 22 septembre 2017, https://www.culture-numerique.fr/?p=6210, consulté le 21 octobre 2017
Posted in Billets d'humeur
Tags: , , , , , , , ,
21 commentaires sur “Des nouvelles toutes fraîches de l’école des Lumières
  1. lepagegilles@gmail.com' lepagegilles dit :

    Salut Michel. T’as pas mal au doigts après un long article comme ça ? ;-) Je suis d’accord à 100% avec ce que exprime et ce que tu défends. Je partage donc largement. Merci pour l’éclairage et la point de vue global que tu apportes à mes ressentis un peu brouillons et pas toujours étayés :-)
    Gilles Le Page

  2. 2manyteachers@gmail.com' 2Manyteacher ? dit :

    Merci pour cet article qui reprend une bonne partie de mes convictions sur la question. Je pense néanmoins que le débat est obsolète. Nous ne pouvons plus attendre des collectivités territoriales et encore moins de l”état en matière d’équipement, de maintenance et d’autorisation d’utilisation des portables ou autres objets connectés en classe. La mode étant au DIY et à l’autonomie des établissements et bien que chacun gère son matériel dans la classe. Une connection 4G quelques ‘vieux’ portables récupérés grâce à l’obsolescence programmée et on peut tout à fait faire fonctionner sa classe ‘connectée” sans dépendre d’autrui . Les éléves ont leur propre appareil ? Et bien utilisons-les et proposons des taches plus complexes qui tiennent compte de l’appareil utilisé. Les examens avec ou sans portable ? Avec : sujet traditionnel. Sans : idem avec moins de temps ou plus de raisonnement. L’intérêt de l’utilisation des appareils connectés dans l’enseignement n’est plus à démontrer. Par contre j’ai longtemps cherché l’intérêt de la formation à l’iufm et je ne l’ai jamais trouvé…Le temps est court, on ne peut pas attendre tout du gouvernement , c’est à nous de changer les choses et on le fait déjà.

    • D’accord avec ça, bien sûr, je n’ai peut-être pas assez insisté sur cette autonomie à gagner.

      Si j’ai mis les collectivités dans le coup, c’est pour deux choses :
      – qu’elles jouent leur rôle pour réduire les inégalités ;
      – qu’elles tentent de proposer des ressources en ligne, dont les manuels pour ceux qui en utilisent, sur ces appareils disponibles.

      Merci du commentaire.

    • Ah ! Et puis on peut imaginer que les collectivités pourraient négocier avec les FAI des tarifs spéciaux pour l’éducation ou offrir gratuitement un certain nombre de services… À voir et à imaginer.

  3. Je pense que le ministre de l’education a saisi que le danger ultime consistait à mettre les élèves en activité et que le meilleur moyen de l’eradiquer consistait à interdire les smartphones. 🤒

  4. kedem.ferre@gmail.com' Kédem Ferré dit :

    Oui … J’écrivais il y a 5 ans déjà sur Educavox : “Interdire les smartphones à l’école : un paradoxe ?”

    http://educavox.fr/accueil/debats/interdire-les-smartphones-a-l-ecole-un-paradoxe

    Voir aussi Laurent Alexandre, qui parle entre autre de l’éducation et de l’intelligence artificielle, pour davantage de perspective encore :

    https://youtu.be/0RtEWhFaFGw

    La société (civilisation ?) est en train de se transformer en profondeur, et pendant ce temps, l’éducation …

  5. martdubreucq@gmail.com' MR dit :

    Tout à fait d’accord, mais attention, si on n’attend plus rien des institutions, n’écoutons pas non plus les sirènes de l’IA. Laurent Alexandre est un gourou dont “les perspectives” me font froid dans le dos : http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20170210.OBS5170/10-choses-a-savoir-sur-laurent-alexandre-gourou-de-l-intelligence-artificielle.html

    • kedem.ferre@gmail.com' Kédem Ferré dit :

      De ce que j’ai pu comprendre, il s’agit plutôt d’un constat “froid”, malgré le ton engagé. Yann Lecunn (un français), le chef de l’IA pour Facebook semble dire la même chose, d’une manière plus proche que celle d’Elon Musk par exemple. Croire que l’IA n’est qu’une chymère est un déni de réalité. Il y a là de vrais enjeux de société(s), même si comme le dit Laurent Alexandre, on n’en est pas encore à un scénario à la HAL9000. N’extrapolons rien, analysons tout.

  6. thomas+wordpress@n0el.org' m0im0im0i dit :

    Ca me rappelle la prof de maths de ma fille, en 2015 deux ans, classe de 4ème : « la calculatrice est interdite parce que vos enfants n’auront pas toujours une calculatrice à portée de main ». Je lui avais demandé ce qu’elle pensait de la machine dualcore à 1Ghz que j’avais acheté à ma fille.

    Je considère que le problème ne vient ni du ministère ni de son administration.

    Je n’ai que trop vu ces profs, complétement effrayés par la vitesse du monde : ce sont juste des anciens bons élèves qui n’ont jamais rien connu que l’école et ses cours magistraux comme mode de transmission des savoirs.

    Ce sont eux qui s’opposent à la calculatrice depuis 30 ans et à Internet depuis 20 ans. Qui je jurent que par les notes, les moyennes, les “moyennes de la classe”, leur discipline, les “peut mieux faire” que nous lisons encore… Ce n’est pas sur eux que nous pouvons compter. Tant qu’on continue de recruter les pires fans de maths ou de grammaire pour éduquer nos enfants, on va dans le mur.

    (Ah oui vraiment ils m’énervent, et pourtant que j’aime ce métier)

  7. Merci pour cet article qui donne matière à réfléchir… Pour poursuivre la réflexion, je conseille également la lecture du numéro de septembre du mensuel indépendant Silence, dont le dossier est intitulé, de manière un peu provocatrice, “Vers une école sans écrans ?”.
    A découvrir sur http://www.revuesilence.net/news/156/384/Numero-459—Septembre-2017

  8. aed.morel@free.fr' Alain MOREL dit :

    Aaah, Michel, lorsque j’ai vu ré apparaître ce vieux serpent de mer de l’interdit fait aux élèves de ce qu’on ne pourra interdire, j’ai immédiatement songé à toi et bien sûr ne suis pas surpris du contenu du billet du mois :-)
    A titre anecdotique : quittant un établissement où chaque année le règlement intérieur voyait se rajouter une strate visant à proscrire tout usage numérique qui ne serait pas strictement encadré, c’est à dire bien peu de choses, j’arrive dans un établissement nettement orienté vers les enseignements artistiques, où l’écoute individuelle (sur oreillette donc) de musique est tolérée en TP (hors cours magistral, oui) : “ils en ont besoin pour inspirer leur démarche créative”
    Rafraîchissant ?

  9. luc.rumeau@wanadoo.fr' RUMEAU dit :

    Les arguments qu’il développe sont argumentés et difficilement discutables mais la conclusion qu’il en tire ne me convient pas complétement car me semble-t-il elle manque de vision prospective.
    Naturellement ce n’est que mon point de vue personnel de simple professeur certifié retraité de l’EN et je ne me reconnais pas la prétention d’avoir raison.

    Mais je vais tout d’abord reprendre, dans son texte et dans l’ordre chronologique, ses différents arguments. En effet ils construisent aussi ma vision personnelle de l’évolution future du système éducatif mais on l’aura compris nous divergeons quelque peu sur la ou les conclusions à tirer.
    Tout d’abord reprenons les points du texte de Monsieur GUILLOU sur lesquels beaucoup de gens vont se retrouver :
    1. Page3/21. « Par ailleurs, l’excellent Jean-Louis Schaff fait remarquer à juste titre que la somme de la connectivité embarquée par les smartphones des élèves et des enseignants multiplie par un facteur de 15 à 20 celle de l’établissement ».

    C’est ma foi tout à fait exacte et on peut même souligner que l’évolution des matériels en soft et en hard est exponentielle.
    2. Page 4/21. « Finis les lourds équipements onéreux qui demandent des moyens financiers et humains importants pour les procédures d’achat, la maintenance et l’administration ! Finies les bagarres sans fin avec les opérateurs pour tirer de la fibre en urgence là où c’est difficile d’en mettre ! Reste à réduire les inégalités, chantier sur lequel l’État central s’est engagé à aider les collectivités locales, tant pour ce qui concerne la connectivité en 4G et, bientôt, en 5G, et la disparition des zones blanches… ».

    C’est vrai « les collectivités commencent à comprendre tous les avantages qu’elles pouvaient tirer d’une évolution radicale de l’accompagnement matériel qu’elles prodiguent aux écoles et établissements ».
    3. Page 5/21. « Et puis aussi se pencher sur la fourniture de ressources éducatives numériques disponibles, dont les manuels scolaires, qui pourraient partiellement être stockées sur ces terminaux mobiles… ».

    Les MOOC (Massive Open Online Courses) existent « qui méritent attention et encouragements, mais dont la conception actuelle est probablement à l’innovation pédagogique ce que Pong est à World of Warcraft en matière de jeu vidéo… » (page 11 du livre Le Tsunami Numérique de Emmanuel DAVIDENKOFF chez STOCK dépôt légal janvier 2016).
    D’ici quelques années nous verrons peut-être éclore des initiatives EUROPEENNES dans ces domaines de connaissances et de compétences pour contrarier l’essor des plateformes produites aux USA ou en CHINE.
    4. Page 8/21. « … enfin parce que le temps scolaire, 35 h en moyenne, dont 30 h de cours pendant lesquels les élèves sont censés en principe faire autre chose que de harceler ou d’être harcelés, ne représente pas grand-chose par rapport aux plus de 110 h d’éveil hebdomadaire ».

    J’y reviendrais dans ma conclusion personnelle à la fin de ce texte mais il est évident pour tous que les générations actuelles d’élèves passent trois fois plus de temps en « éveil hebdomadaire » sur leurs smartphones qu’en présentiel en temps scolaire ce qui aurait dû nous interpeller depuis déjà une bonne dizaine d’années !
    5. Page 9/21. « Sur le blogue L’École de demain, Christian Westphal, professeur de sciences physiques dans un collège du Bas-Rhin, raconte comment il utilise avec ses élèves les smartphones qu’ils possèdent. Il dit comment cela mobilise leur attention, les incite à collaborer, les met en activité ».

    Des « expérimentations » existent. Elles sont tolérées par certains chefs d’établissement sans être pour autant encouragées par l’institution qui naturellement se garde bien d’en faire l’évaluation !
    6. Pages 12-13/21. « Pour tout cela, il utilise les outils disponibles, à commencer par le smartphone qu’il a ordinairement dans la poche. Il aurait bien voulu mais voilà, il ne peut pas, on le lui interdit : le machin à acquérir des connaissances, à mettre en œuvre toutes les compétences décrites plus haut, à interagir avec sa sphère sociale, dont la famille et les amis, doit être rangé une fois pour toutes au fond de son sac ».

    Il est question effectivement d’interdire le smartphone à « l’école ». J’y reviendrais maintenant d’ici quelques instants. Mais là aussi ce « principe de précaution » proposé par l’institution masque en fait, pour moi, un manque de vision à moyen terme.

    Comme indiqué au tout début c’est sur la ou les conclusions à en tirer que nous divergeons.
    Moi je ferais tout d’abord plusieurs constats simples pour construire mes propositions :
    1. Tous les élèves disposent ou disposeront d’un smartphone. C’est un des achats prioritaires du milieu familial !
    2. L’institution EN ou les collectivités territoriales ne peuvent financer tous les 18 mois le renouvellement du parc informatique des établissements scolaires et cela pour uniquement éviter qu’il ne devienne pas rapidement obsolète.
    3. La plupart des élèves quant à eux renouvellent, avec leurs parents, leurs smartphones pour disposer des dernières fonctionnalités du moment et souvent dans un délai inférieur à 18 mois.
    4. Les MOOC existent et je ne doute pas un seul instant que l’état va rapidement prendre conscience de la nécessité de développer des formules « francophones » pour contrer tous les produits « anglophones ». De toute façon tous les smartphones mettent à disposition un « traducteur » !

    Ma conclusion…
    La seule vrai solution pour moi consisterait à réorganiser le métier d’enseignant en le reformulant autrement.
    Il doit prendre en compte le fait que l’élève est utilisateur des outils informatiques chez lui, ou en tous les cas hors établissements scolaires, sur trois fois plus de temps qu’il ne passe dans l’enceinte de l’école.
    1. L’élève lui aurait alors pour tâche d’acquérir des connaissances et des compétences en ligne avec son smartphone et cela en grande partie à l’extérieur de l’école.
    2. L’enseignant pour sa part se consacrerait, et essentiellement dans l’enceinte de l’établissement scolaire, à un travail de tuteur sous la forme de TP, de TD et d’évaluations des connaissances et compétences acquises.

    De cette façon l’élève s’inscrirait dans son siècle et surtout appréhenderait très tôt les notions de « travail à domicile » dans une période économique qui voit se développer là aussi d’une manière très rapide le « télétravail ».

    Ce qui pour l’instant ne concerne donc essentiellement que des expérimentations en UNIVERSITE (http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article440) devrait pouvoir se généraliser pour au moins dans un premier temps les lycées puis les collèges et cela d’autant plus facilement que les programmes et les contenus des examens du BAC et du BREVET des COLLEGES vont être revus et modifiés par le gouvernement actuel.

    • D’accord pour l’essentiel avec votre conclusion. Et merci à la fois pour le commentaire et pour la citation de Davidenkoff que j’avais oubliée…

    • cwestphal@wanadoo.fr' Christian W dit :

      Bonsoir,

      je me permet de squatter les commentaires pour répondre au point 5. puisque que ça cause d’un gugusse que je connais assez bien…

      C’est effectivement une «expérimentation» et celle-ci est faite «à la bonne franquette» sans être formalisée plus que ça. Néanmoins, c’est quand même un peu plus soutenu et suivi que ton commentaire le laisse entendre. Je ne nie pas que certaines expérimentations se fasse en mode «laissons faire, ça lui passera avant que ça nous reprenne» mais ce n’est pas du tout le ressenti que j’ai eu auprès de mes interlocuteurs.
      Un de mes IPR a vu cette idée et ce projet d’un bon œil et je sais qu’il en a discuté avec le DANE de mon académie. Le DANE et son adjointe sont venus voir en classe comment ça ce passait, profitant d’une sympathique visite de Michel Perez d’educavox. Et pour finir mon chef encourage mes collègues à faire utiliser les smartphones des élèves et m’a suivi quand j’ai proposé de faire modifier le RI du collège sur ce point et qui suit aussi pour monter un projet de couverture wifi complète du collège.

      Parallèlement à ça, qui ressemble évidement à un bricolage d’un mec dans son garage, il y a d’autres projet plus lourds, plus suivis et plus pro. Un (bientôt deux ou trois) collèges BYOD et plein d’autres choses. On peut bien sur gratter et trouver plein d’imperfections, traîner les réticences de certains, la mauvaise foi d’autres, des erreurs ou de beaux plantages, mais finalement les choses vont dans le bon sens.
      Pas assez vite peut-être ce qui donne parfois l’impression de reculer.

      • luc.rumeau@wanadoo.fr' RUMEAU dit :

        Soyons clair puisque apparemment je ne l’ai pas été! Je suis pour et à fond pour l’utilisation des smartphones en classe à partir du moment ou ils deviennent des outils au service des acquisitions de connaissances et de compétences.
        Mais il faudra en parallèle “repenser” la fonction et le rôle du professeur dans ce cadre! Relisez ma “conclusion”.

        • cwestphal@wanadoo.fr' Christian W dit :

          Si si vous étiez clair mais je ne faisais que relever qu’un seul petit point de désaccord : le suivi des expérimentations par la hiérarchie.
          Pour tout le reste, je vous suis tout à fait, notamment sur le changement de rôle de l’enseignant.

Laisser un commentaire

Attention ! Ce blogue est encore un tout petit peu en travaux…

Bon, après quelques modifications du code, la une semble reprendre forme humaine :)

Donc, la bière est pour moi. Tant pis !

Le dispositif d'abonnement aux nouvelles publications a finalement été remis en place. Il semble fonctionner à nouveau. N'hésitez pas à me prévenir du moindre dysfonctionnement. Merci.

Une production Neottia nidus-avis, réalisée par Michel Guillou

Tous les textes et photos bénéficient de la licence  « Creative Commons attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International »image sauf mention contraire.

Je vous remercie à l'avance de me faire savoir si vous utilisez, modifiez, reproduisez...

Un tweet après un autre ?

Du danger de (trop) s’indigner en ligne - https://t.co/RQo7GAJjsd
- samedi Oct 21 - 10:01

Pour un rétro-Design de l’attention https://t.co/noEAzqJ7nl
- samedi Oct 21 - 9:21

RT @THD_IT: Oui ben avec un budget de 500 k € tu ne payes meme pas le budget des sucres pour le café de la NSA 😬 https://t.co/wc5hjMNpH3
- samedi Oct 21 - 7:52

RT @Emaux: Jusqu'où le terrorisme va-t-il faire plonger l'Europe ? #MerciDaesh! https://t.co/KixWbLUqZl
- samedi Oct 21 - 7:11

L'Europe veut pouvoir hacker vos communications pour aider la police - https://t.co/ABes4rp9nw
- vendredi Oct 20 - 7:58

RT @Wikipedia_fr: #Wikipédia en français a désormais son compte #Twitter ! https://t.co/n2v8zvRGyq
- vendredi Oct 20 - 7:34

L'apéro ? Dedans ou dehors ? Il y a une application pour ça https://t.co/x95MX59Ifq
- vendredi Oct 20 - 3:38

Des indicateurs internationaux pour mesurer la protection et le « pouvoir d’agir » des consommateurs https://t.co/Eod1xqG34W
- vendredi Oct 20 - 3:19

Contrat open bar de l’armée : la France doit « entamer sa cure de désintoxication » avec Microsoft https://t.co/hDtsxxt1KY
- vendredi Oct 20 - 3:17

Pirater un jeu vidéo n’est plus qu’une affaire de quelques heures https://t.co/2ejvoaz4KI
- vendredi Oct 20 - 3:16

S'abonner par courriel ?

Saisissez votre adresse de courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir une notification pour chaque nouvel article.