Le numérique au service de la pédagogie, une affirmation très maladroite

Tsunami

Quand Emmanuel Davidenkoff parle de tsunami, à propos du numérique et de l’école, qui croyez-vous que cela qualifie ? Pensez-vous que la vague qui déferle, c’est l’école ? Qui, croyez-vous, va y laisser des plumes ? Qui va être submergé, englouti ? Qui va devoir reconstruire sitôt la vague passée ?

C’est par ce tweet que le compte officiel de la Direction du Numérique pour l’Éducation nous invite, ce à quoi je répondrai favorablement car c’est un moment exceptionnel, même si la deuxième édition en 2011 fut très décevante (1), à assister à la BNF au cinquième rendez-vous des lettres, trois journées au Plan national de formation.

Ainsi donc, pour le ministère, le numérique serait au service de la pédagogie !

C’est, à mon avis, une formule particulièrement maladroite. C’est le genre de formule toute faite, qui sonne bien, qui ne fait de mal à personne, capable de créer autour d’elle un consensus de bon aloi, chez les aventuriers comme chez les réticents du numérique, qu’on risque d’entendre et d’entendre encore, pendant de longs mois, ça et là, dans la bouche de nombreux cadres incultes — ils ne sont pas tous, loin de là, mais il y en a de sévères…

Je le sais, je l’ai vécu. Ces gens-là sont capables de vous parler du numérique la bouche en cœur mais l’injonction dans la poche, sans y connaître goutte. Ils sont alors capables d’accumuler dans le même discours ces bêtes phrases dont le sens même leur échappe. Ainsi, par exemple :

« Le numérique doit rester au service de la pédagogie »

« Il nous faut maintenant développer les usages du numérique »

« Il faut mettre le numérique au cœur des apprentissages »

Ad libitum.

Si Davidenkoff a raison, ce que croient de nombreux observateurs et prospectivistes des mutations de la société, si donc la rencontre du numérique et de l’école — car il s’agit bien d’une rencontre, d’un rendez-vous — s’avère être un tantinet cataclysmique, il est totalement impossible de dire que la vague est au service de ce qu’elle engloutit. Pour Davidenkoff, la pédagogie sera bien sûr complètement bouleversée, les apprentissages seront mis en œuvre selon des approches et des modèles, pour ne pas dire des dimensions paradigmatiques complètement différentes. Dans ce cas, la place du maître, sa posture, les repères habituels de l’enseignement, temps, espaces, l’appropriation des connaissances et la construction des savoirs seront définitivement mis à mal et devront être rebâtis.

Si Davidenkoff exagère, ce qui me semble plus vraisemblable car je crois qu’il a choisi cette formule pour éveiller les consciences et attirer l’œil du chaland, la rencontre du numérique et de la pédagogie, sans être cataclysmique, ressemblera plutôt, après quelques secousses telluriques, à la surrection d’une autre école, d’un système éducatif qui proposera d’autres modalités pour apprendre, dans les deux sens du mot. Et même si ce sera sans doute plus rapide que la construction de la chaîne alpine ou de l’Himalaya, c’est sans doute sur un temps très long que les nécessaires transformations rappelées ci-dessus s’opéreront.

Même dans ce dernier cas, le numérique ne sera pas plus au service de la pédagogie que cette dernière au service du premier

Le numérique a tellement diffusé dans la société, inondé et intégré cette dernière, il a tellement modifié les comportements intimes et sociétaux de notre jeunesse qu’il ne peut être en aucun cas considéré seulement comme un petit grain de sable qui viendrait gripper la machine. La pédagogie, que rien ni personne — sauf peut-être quelques réactionnaires rigolos — ne condamne à l’immuabilité, devra se transformer et se refonder au contact du numérique tout autant qu’elle le modifiera sans doute.

À nous de mettre du positif et de l’heureux à cette rencontre.

Et vous, quel est votre avis ?

Michel Guillou @michelguillou

80x15

 

Crédit photo : MyNameHere via photopin cc

  1. La conjonction de deux incultures… #pnflettres https://www.culture-numerique.fr/?p=59

[cite]

Posté dans Billets d'humeur, Brèves
Tags : , , , , , , , , ,
Un commentaire pour “Le numérique au service de la pédagogie, une affirmation très maladroite
  1. Mon avis ?
    Et bien, je dirai qu’une forte tendance à remettre beaucoup de choses en question, nait certainement de la difficulté à s’en sortir réellement après avoir essayé et … échoué.
    Sur le terrain, les choses ne sont pas aisées, c’est une réalité. Pire que tout, même les plus performants d’hier, véritables porteurs de projets, se découragent face aux dysfonctionnements … techniques.
    Et oui ! j’ai lâché les mots, ou disons plutôt les maux !
    Quand d’idées simples, institutionnels ambitieux et politiques ambitieux se sont emparés, sont arrivées les impératives nécessité de généralisation. Et avec elles, les marchés. Et avec eux, la prise de conscience que ce n’était pas aussi simple. Mais comme on n’admet difficilement ses erreurs…
    Et bien aujourd’hui, on rejette la faute sur l’autre. Par exemple, il m’est arrivé d’entendre d ‘un côté qu’on avaot équipé majoritairement des écoles et que le matériel y dormait…
    Mais quelles écoles ? Quelles demandes ?
    La pédagogie ne se différencie-t-elle pas au sein des territoires comme au sein des classes ? Et pour la réussir, les moyens sont-ils les mêmes partout ?
    Que des textes et programmes nous guident… mais pourquoi uniformiser les moyens d’atteindre des objectifs dont on sait qu’ils sont le résultat de cheminements différents ?

    Et bien voilà. Aujourd’hui, pour exister après avoir existé une première fois, on prend un chemin inverse, plus critique, mais surtout loin de la réalité de ce qui se passe sur ces merveilleux moments que sont des séances où l’on constate qu’un moyen nouveau, original et simple peut apporter des résultats infimes, insignifiants et pourtant si importants parfois…

    Mon avis est qu’il faudrait arrêter de chercher le graal pédagogique et écouter les attentes, demandes et besoins. On trouvera des cadres à proposer, et des méthodes pour avancer. Mais pas celles des ambitieux pour eux, juste celles de ceux qui le sont pour les autres … leurs élèves, leurs stagiaires, leurs collègues … par exemple.

    A très bientôt Michel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-moi sur Twitter

Attention ! Ce blogue est encore un tout petit peu en travaux…

Bon, après quelques modifications du code, la une semble reprendre forme humaine :)

Donc, la bière est pour moi. Tant pis !

Le dispositif d'abonnement aux nouvelles publications a finalement été remis en place. Il semble fonctionner à nouveau. N'hésitez pas à me prévenir du moindre dysfonctionnement. Merci.

Une production Neottia nidus-avis, réalisée par Michel Guillou

Tous les textes et photos bénéficient de la licence  « Creative Commons attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International »image sauf mention contraire.

Je vous remercie à l'avance de me faire savoir si vous utilisez, modifiez, reproduisez...

Soutenez la Quadrature

Un tweet après un autre ?

Voici un docu pour comprendre la dérive du maintien de l’ordre en France https://t.co/nglyxgT8Ju
- vendredi Nov 27 - 8:31

Le Conseil d’Etat suspend l’ordonnance autorisant la comparution d’un accusé en visioconférence dans les procès d’a… https://t.co/wbfc4rtZIL
- vendredi Nov 27 - 8:30

La manifestation parisienne de samedi contre la loi « sécurité globale » autorisée par la justice https://t.co/IRLdyFRurN
- vendredi Nov 27 - 8:30

Un site de proctologues, sans doute. https://t.co/Xh4A58bH4n
- vendredi Nov 27 - 6:40

Quand je dis et répète que la censure est au centre des stratégies économiques et politiques de ce nouveau millénai… https://t.co/J8hdH2aE3m
- vendredi Nov 27 - 6:20

RT @GMeurice: C'est lui qu'on aurait du élire comme président ! https://t.co/m7RYCJmr1o
- vendredi Nov 27 - 5:10

RT @MarioAsselin: "Les enseignants devront «établir un contact direct et quotidien avec les élèves» (un élève dont l’absence se prolonge au…
- vendredi Nov 27 - 3:53

Le Conseil d’État expérimente les échanges oraux avant les audiences https://t.co/4GevHj5nce
- vendredi Nov 27 - 3:53

Sexisme dans le milieu scientifique : une lettre ouverte s’oppose à une étude rétrograde https://t.co/1ORSZbPky7
- vendredi Nov 27 - 3:50

Police : une grave crise de commandement https://t.co/LJppaOCvzo
- vendredi Nov 27 - 3:40

S'abonner par courriel ?

Saisissez votre adresse de courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir une notification pour chaque nouvel article.

Rejoignez les 77 autres abonnés