Éducatice dans la morosité et l’absence d’innovation et de perspectives

Ilot

Cette semaine se tient à Paris, à la Porte de Versailles, l’inusable et désormais traditionnel salon Éducatice, dit « salon professionnel de l’éducation » (!).

Les enjeux industriels

Si l’on peut comprendre qu’Éducatice est bien le salon des professionnels de l’éducation, force est de constater que ces derniers mettent un enthousiasme, disons, modéré à leur présence sur place. Les stands sont moins fournis, les espaces plus réduits, l’investissement est plus faible d’année en année. À mon avis, plusieurs raisons peuvent expliquer ces freins, au premier rang desquelles le manque cruel d’impulsion et de coordination des pouvoirs publics depuis de longues années, la commande publique faible et décentralisée mais aussi sans doute la frilosité des industriels et leur faible capacité à innover.

C’est une des raisons pour lesquelles il convient, à la veille d’Éducatice, d’accorder une attention particulière au rapport de l’inspection générale de l’été dernier : « La structuration de la filière du numérique éducatif : un enjeu pédagogique et industriel ». Ce rapport est, à mon avis encore, un coup d’épée dans l’eau. Il fait des diagnostics imprécis et parfois erronés et formule, pour relancer l’activité industrielle au service du numérique éducatif, des préconisations bâties sur des modèles centralisés, donc surannés et si peu innovants. Je pense en particulier aux propositions qui concernent l’offre de ressources, la formation et l’animation des communautés enseignantes et le droit des auteurs dont personne n’imagine, à la lecture du rapport, qu’elles sont proposées dans ce nouveau siècle.

J’y reviendrai.

Les enjeux culturels

S’il s’agissait de mettre en adéquation l’école avec la société et les pratiques des jeunes, et donc de décider que l’objectif d’Éducatice est bien aussi de participer à l’effort national d’engagement dans le numérique et donc de promouvoir ses aspects éducatifs, on aurait pu décider qu’il était temps de tourner le dos aux Tice, de moins s’attarder sur les technologies, d’avancer sur l’acculturation numérique. En conséquence, on aurait pu décider, histoire de marquer la rupture et de la mettre en adéquation avec la politique du ministère, d’appeler ce salon autrement : « Salon de la culture et de l’économie numériques pour l’éducation » ou, plus simplement, « Edunum » ou « Numedu » ou…

Non. Il persiste dans le nom de cette manifestation ce « T » dont on sait maintenant qu’il constitue, de manière souvent imperceptible, un frein considérable au développement des pratiques numériques pédagogiques des professeurs. Il en va de même pour l’administration.

S’il s’agissait d’engager résolument les utilisateurs enseignants à rencontrer les industriels, on aurait pu, par exemple, décider de proposer des modalités de rencontre et d’échanges qui vont au-delà du programme classique de conférences, de tables rondes et d’ateliers.

Je n’ai rien contre ces tables rondes, bien au contraire, il m’arrive même d’être invité à y siéger, mais il faut bien observer que le programme qu’on nous propose, cette année plus encore que les années précédentes, ne constitue qu’une insipide noria de communications verticales juxtaposées desquelles le débat est quasiment absent.

Ce qui fait la force de ces rencontres, ce sont les échanges, les débats, la contradiction, les arguments qui s’opposent, le refus du consensus. Ce qu’on nous propose en l’occurrence, n’est ni nouveau ni innovant ni propre à susciter la réflexion et les échanges avec les visiteurs — par quel moyen ? on se demande bien. Dommage ! C’est pourtant la force du numérique que de susciter ces échanges et de proposer les modalités techniques de leur mise en œuvre.

Là, on a l’impression désagréable d’un événement convenu à la mode 1.0 du dernier millénaire…

On ira quand même, cela va de soi, ne serait-ce que pour rencontrer les ami(e)s et boire moult cafés. Et quelques bières aussi. Et réinventer l’école, à la mode numérique.

Avec vous ? Histoire d’être surpris. Peut-être…

Michel Guillou @michelguillou

image

Crédit photo : HikingArtist.com via photopin cc

 

 

Posted in Brèves
Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Attention ! Ce blogue est encore un tout petit peu en travaux…

Bon, après quelques modifications du code, la une semble reprendre forme humaine :)

Donc, la bière est pour moi. Tant pis !

Le dispositif d'abonnement aux nouvelles publications a finalement été remis en place. Il semble fonctionner à nouveau. N'hésitez pas à me prévenir du moindre dysfonctionnement. Merci.

Une production Neottia nidus-avis, réalisée par Michel Guillou

Tous les textes et photos bénéficient de la licence  « Creative Commons attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International »image sauf mention contraire.

Je vous remercie à l'avance de me faire savoir si vous utilisez, modifiez, reproduisez...

Un tweet après un autre ?

RT @2vanssay: J'adore l'agenda général pour visualiser facilement la richesse de #Ludovia14 👏 https://t.co/pDK3tnPAFN
- jeudi Août 17 - 6:29

Bon, ayé, j'ai envoyé mon Pchakucha à @batier pour la soirée de mardi à #Ludovia14 /me prêt à enfoncer le clou sur la liberté d'expression
- jeudi Août 17 - 6:28

RT @Hubert_edu: #LUDOVIA14 en "LIVE" ! Thème 2017: #Partages, #échanges et contributions avec le #numérique. https://t.co/JOnCnAFriJ
- jeudi Août 17 - 3:31

RT @inadlweb: A Louise. Traces et mémoire https://t.co/CwWzc5ErQY
- jeudi Août 17 - 1:44

La transparence contrariée de la Commission Copie privée https://t.co/p4dqrZ570E
- jeudi Août 17 - 1:09

RT @Xberne: #LoiMacron : deux ans plus tard, toujours pas de décret pour l'Open Data dans les transports... https://t.co/GywVmjUC3h via @ne
- jeudi Août 17 - 9:47

Faut-il à ce point haïr les technologies pour les qualifier toujours de nouvelles ? En 2017 ?#JePoseLaQuestion
- jeudi Août 17 - 8:59

[Etude] L'avenir de la confiance en ligne https://t.co/4GlyubARG4
- jeudi Août 17 - 7:39

The Fate of Online Trust in the Next Decade https://t.co/PlnPI0xaJm
- jeudi Août 17 - 7:38

On ne plaisante pas au Cameroun : trois lycéens en prison pour une blague par SMS font appel https://t.co/yszXHUs41M
- jeudi Août 17 - 7:37

S'abonner par courriel ?

Saisissez votre adresse de courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir une notification pour chaque nouvel article.